Présidentielle : "La fraternité est une grande valeur chrétienne" indique Mgr Pontier devant les évêques de France

Mgr Pontier en avril 2016.
Mgr Pontier en avril 2016. (BERTRAND GUAY / AFP)

Le président de la Conférence des évêques de France s'exprimait à l'occasion de l'ouverture de l'assemblée des évêques de France à Lourdes.

A moins de quatre semaines de l'élection présidentielle, Mgr Pontier a tenu un discours très politique le 28 mars 2017 en ouverture de l'assemblée de printemps des 115 évêques de France à Lourdes (Hautes-Pyrénées). L'archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France a appelé à la responsabilité des citoyens et des politiques, regrettant que la société française soit "divisée".

Il a également fait référence aux "prix Nobel et [aux] grands serviteurs de l'Etat et de la nation française qui n'étaient pas d'origine française mais qui sont venus, qui ont été accueillis et qui ont déployé toutes leurs capacité là".

"La fraternité est une des valeurs de notre République et en même temps une grande valeur chrétienne", a assuré Mgr Pontier estimant qu'"on ne pouvait pas réussir" avec "des murs" ou "des exclusions" sans citer aucun candidat.

Nous n'avons pas l'habitude de donner des consignes de vote précisesMgr Pontierprésident de la Conférence des évêques de France

Difficile pour Mgr Pontier de ne pas parler de la pédophilie devant l'assemblée des évêques de France, après la diffusion sur France 2 de l’émission Cash Investigation sur le "silence" de l’Église. Il a affirmé que l'Eglise était résolue "à aider la justice à faire son travail" en matière de lutte contre les abus sexuels tout en déplorant qu'on puisse "laisser entendre que tout prêtre est un pédophile potentiel".

"Maintenant on en est tous conscients en France, et je crois les prêtres et les évêques les premiers, renchérit Michel Dubost, l'évêque d'Evry sur franceinfo, il faut chasser toutes les agressions sexuelles contre des mineurs ou des personnes faibles. Mais, selon lui, "on appelle 'pédophilie' beaucoup de choses."

Il faut distinguer l'acte malencontreux et dramatique et les prédateursMgr Dubostévêque d'Evry

"Les prédateurs" doivent quitter le sacerdoce et être accompagnés, selon Mgr Dubost, mais, "pour les autres, c'est du cas par cas et à mon avis il faut travailler avec la justice et pas au-delà".

Les évêques sont aussi là pour parler "boutique", comme faire des économies dans leur fonctionnement et évoquer l'unité de l'Eglise de France partagée entre différents mouvements concurrents qui mettent à rude épreuve la fraternité. La Conférence des évêques de France se poursuit à Lourdes jusqu’à vendredi 3& mars.

Pédophilie et politique au menu de l'assemblée des évêques de France : le reportage de Stéphane Iglésis à Lourdes
--'--
--'--