Pédophilie : le cardinal Barbarin reconnaît "des erreurs dans la gestion et la nomination de certains prêtres"

Le cardinal Barbarin, à la cathédrale Saint-Jean, à Lyon (Rhône), le 3 avril 2016.
Le cardinal Barbarin, à la cathédrale Saint-Jean, à Lyon (Rhône), le 3 avril 2016. (JEFF PACHOUD / AFP)

C'est ce qu'annonce un communiqué publié, lundi, à l'issue d'une réunion du clergé lyonnais.

Un début de mea-culpa. Confronté à un scandale de pédophilie et d'agressions sexuelles dans son diocèse de Lyon, le cardinal Philippe Barbarin a reconnu, lundi 25 avril, "des erreurs dans la gestion et la nomination de certains prêtres".

C'est ce qu'a annoncé un communiqué publié à l'issue d'une réunion du clergé lyonnais. Deux cent vingt prêtres ont participé à cette réunion à huis clos, à Ecully (Rhône), au cours de laquelle une victime du père Bernard Preynat, mis en examen fin janvier pour des agressions sexuelles commises sur des scouts il y a plus de vingt-cinq ans, est venue témoigner.

La grande majorité des prêtres soutient le cardinal

"Il est apparu que, dans la connaissance de certains faits, on n'avait pas tous les éléments. Nous avons manqué à nos obligations d'investigation, de recherche de la vérité", a souligné lors d'une conférence de presse à l'évêché Yves Baumgarten, vicaire général modérateur du diocèse.

Interrogé sur d'éventuels appels à la démission du cardinal, le vicaire a répondu que certains prêtres étaient favorables à une mise en retrait le temps des enquêtes judiciaires, mais que la grande majorité d'entre eux appelait à la poursuite de la mission de l'archevêque.

Vous êtes à nouveau en ligne