Lors de son procès, Bernard Preynat témoigne d'abus lors de sa propre enfance

Le procès du père Preynat s'est ouvert lundi 13 janvier à Lyon. Accusé d'agressions sexuelles sur mineurs, il affirme avoir été lui-même abusé lors de son enfance.

"J'ai été victime d'un prêtre au petit séminaire", a déclaré Bernard Preynat, lui-même visé par des accusations d'agressions sexuelles sur mineurs. Il reconnait les faits. "J'ai été attiré par tous ces enfants, Dieu merci je ne les ai pas tous agressés". Un aveu qui a fait frémir la salle d'audience où il est entendu depuis lundi 13 janvier. Les victimes du prêtre, tous d'anciens scouts, évoquent des "paroles malheureuses". Certains racontent les masturbations forcées, les baisers secrets, parfois jusque dans la chambre du prêtre.

Une défense qui convainc peu

Stéphane Hoarau s'est porté partie civile, il avait huit ans au moment des faits. "Il est quand même sur la marche numéro une de la pédophilie, en termes de victime, en nombre d'années de sévices et d'agressions. Il est dans cette posture à essayer de minimiser les actes, le nombre...", déclare cette victime. Les victimes témoignent d'un système "d'emprise". Bon nombre des accusations sont aujourd'hui prescrites. "J'avais l'esprit tordu. Je confessais mes péchés, recevais l'absolution, promettais de ne pas recommencer", raconte Bernard Preynat. "On transforme des agressions sexuelles, des crimes, en péchés", regrette l'un des cofondateurs de la Parole libérée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne