"L'Eglise s'en est tirée depuis trop longtemps" : une organisation internationale veut mettre fin aux abus sexuels dans l'institution catholique

Une église au Coteau (Rhône-Alpes), le 9 mars 2016.
Une église au Coteau (Rhône-Alpes), le 9 mars 2016. (MAXPPP)

Elle regroupe des victimes de prêtres pédophiles et des militants des droits de l'Homme, originaires d'une quinzaine de pays.

Elle va s'appeller "Ending clerical abuse" (ECA), soit en français "Pour en finir avec les abus du clergé". Des victimes de prêtres pédophiles et des militants des droits de l'Homme, originaires d'une quinzaine de pays, ont lancé jeudi 7 juin à Genève (Suisse) une organisation internationale pour "forcer" l'Eglise catholique à mettre fin aux abus sexuels au sein de l'institution.

Pour "protéger" en particulier les enfants

"L'Eglise s'en est tirée avec ses crimes depuis trop longtemps", a déclaré Peter Saunders, victime de pédophilie comme le rapporte Le Monde, lors d'une conférence de presse. L'ECA veut ainsi mettre fin aux abus "en particulier envers les enfants, afin de les protéger et de réclamer justice pour les victimes", a ajouté le Britannique, ex-membre de la Commission pontificale pour la protection des mineurs.

José Andrés Murillo, un Chilien victime d'un prêtre pédophile au Chili, récemment reçu par le pape François, a déclaré qu'il y avait eu "des progrès dans certains pays, d'abord grâce au courage des victimes qui ont osé lever la voix". "Mais dans beaucoup d'autres endroits dans le monde, on cherche à faire taire ces voix", a-t-il déploré, pointant notamment l'Afrique, l'Amérique latine et l'Asie. "L'ECA ambitionne de devenir cette voix", a-t-il ajouté.

Vous êtes à nouveau en ligne