Ambassadeur du Vatican accusé d'agressions sexuelles : Paris appelle l'Etat pontifical à prendre ses "responsabilités"

Le nonce apostolique en France, l\'archevêque Luigi Ventura, en septembre 2012 à Lagrasse (Aude).
Le nonce apostolique en France, l'archevêque Luigi Ventura, en septembre 2012 à Lagrasse (Aude). (MAXPPP)

Deux plaintes ont été déposées en France pour des faits d'attouchements sexuels contre ce prélat italien de 74 ans.

Paris pousse le Vatican à agir. La ministre française des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, dit attendre, vendredi 1er mars, "que le Saint-Siège prenne ses responsabilités", après les accusations d'attouchements sexuels portées contre son représentant en France.

"Si les faits sont avérés, ce sont des faits particulièrement graves parce que quand on est une autorité religieuse, on est souvent supposé être une autorité morale, donc je dirais que c'est un facteur aggravant", a souligné Nathalie Loiseau, interrogée sur CNews sur le cas du nonce apostolique Luigi Ventura, ambassadeur du Vatican en France.

Deux plaintes ont été déposées en France contre ce prélat italien de 74 ans pour des faits d'attouchements sexuels. Dans le quotidien français Libération jeudi, trois hommes qui accusent le nonce d'agressions sexuelles – dont les deux personnes ayant porté plainte – réclament la levée de son immunité diplomatique pour que l'enquête puisse se poursuivre normalement.

Une immunité diplomatique

"A ce stade, il bénéficie de l'immunité diplomatique, mais le Saint-Siège est évidemment au courant des accusations graves qui sont portées contre le nonce apostolique et je ne doute pas une seconde que le Saint-Siège prendra la bonne décision", a ajouté la ministre, suggérant ainsi que la France demandait au Vatican la levée de cette immunité.

Compte tenu de leur immunité de juridiction, les diplomates n'ont pas, en principe, à comparaître devant les juridictions françaises en matière pénale, civile et administrative, explique le ministère français des Affaires étrangères sur son site. Cette immunité ne peut être levée que par le pays que l'ambassadeur représente. L'Etat français peut de son côté déclarer "persona non grata" un représentant étranger, qui doit alors être rappelé dans son pays.

Diplomate de carrière du Vatican, l'archevêque Luigi Ventura est en poste depuis 2009 à Paris. Il est chargé des relations du Saint-Siège avec les autorités françaises d'une part et avec les évêques de France d'autre part.

Vous êtes à nouveau en ligne