Lutte contre le "séparatisme islamiste" : "Il faut être plus dur, il faut de l’autorité", Eric Woerth demande des mesures "fortes"

Le député LR de l'Oise a critiqué sur franceinfo le manque d'autorité de l'État face à l'islamisme. "À force de tout accepter on accepte surtout sa propre disparition, donc il y a un danger fondamental", a-t-il martelé avant le déplacement d'Emmanuel Macron à Mulhouse.

"L'islamisme, c'est à un moment donné l'abdication de la République. À force de vouloir rien faire, on peut être des Bisounours tout le temps, on mourra et puis c'est tout, d'autres plus forts s'imposeront à l'État français et l'État changera de nature", a déclaré Eric Woerth, ancien ministre LR, député de l'Oise, mardi 18 février sur franceinfo, alors que le président Emmanuel Macron est en déplacement à Mulhouse sur le thème de la reconquête républicaine et de la lutte contre le séparatisme islamiste. "À force de tout accepter on accepte surtout sa propre disparition. Donc il y a un danger fondamental", a martelé le député.

Il y a une volonté séparatiste de la communauté islamique, d’un islam agressif qui veut imposer sa voix. Certains essayent d’imposer leur loi d’un autre temps qui est absolument incompatible avec ce que nous sommes.

Eric Woerth

à franceinfo

Le député LR de l'Oise décrit "un islam dévoyé dans lequel on impose aux femmes un certain nombre de choses, dans laquelle on sépare les hommes et les femmes, dans laquelle on va imposer une culture une éducation une façon d'être une façon de faire une façon de vivre sa vie une façon de prier une façon de travailler, tout cela est extraordinairement pesant".

Selon lui, le sujet de fond est "l'autorité de l'État" : "On ne peut pas prendre des demi-mesures. Il y a eu beaucoup de mesures prises. Je note que ça a été peu efficace. Il faut être plus dur, il faut de l’autorité, il faut de la réaction, quand c’est interdit il faut interdire". Il a terminé en faisant référence au déplacement d'Emmanuel Macron : "Les annonces qu'il fera, elles doivent être très fortes."

Vous êtes à nouveau en ligne