Un sulfureux imam de Brest sous haute surveillance

France 3

Prévenir les attaques en interdisant les foyers radicaux. C'est l'une des mesures annoncées par Bernard Cazeneuve. Au total, 70 à 80 mosquées seraient concernées, dont une à Brest, où l'imam suscite une vive polémique.

L'influent et sulfureux imam Rachid Abou Houdeyfa ne prêche pas seulement dans la mosquée Sunna de Pontanezen, un quartier de Brest. Sa page Facebook est suivie par plus de 180 000 fidèles. Il a posté sur internet sa réaction aux attentats. Il sait qu'il est sous haute surveillance.

Le député du Finistère souhaite des sanctions

Rachid Abou Houdeyfa est français, il est né à Brest. Ce prédicateur est accusé d'endoctriner des petits Bretons de dix ans dans des cours d'éducation religieuse qu'il relaie aussi sur internet. Il clame notamment que ceux qui écoutent de la musique seront "engloutis par la terre et transformés en singes et en porcs".

Jusqu'à présent, l'imam ne faisait pas l'objet de poursuites judiciaires. Mais Richard Ferrand, député PS du Finistère, en appelle à des sanctions. Les imams français vont devoir désormais répondre de leurs prêches. Les 40 prédicateurs intégristes expulsés de France depuis 2012 étaient tous étrangers.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne