Signes religieux : très peu de cas problématiques

FRANCE 2

Selon l'Observatoire de la laïcité, les litiges concernant les signes religieux sur le lieu de travail concernent quelques dizaines de cas par an.

Sur ces quelques dizaines de cas chaque année, 91% se règlent grâce à un dialogue, tandis que 9% seulement font l'objet d'un contentieux avec saisie de la justice. Deux cas ont été emblématiques. Il y a quelques années, dans une boutique de mode féminine de Saint-Denis (La Réunion), une vendeuse avait été licenciée car elle était entièrement recouverte d'un voile, de la tête aux pieds. La justice avait alors estimé que ce licenciement était justifié car cette tenue n'était "pas conforme à l'image de la marque" selon notre journaliste Guillaume Daret.

Neutralité dans le service public

Un autre litige marquant avait eu lieu, c'était à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), dans une crèche où une employée refusait de retirer son voile et avait été licenciée. Une décision qui avait été validée par la justice jusqu'à la Cour de cassation à la suite d'un long feuilleton judiciaire. Dans le service public, les agents sont tous soumis à un devoir de neutralité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne