Hijab de Decathlon : le "Washington Post" dénonce un "débat national au goût amer"

Le hijab pour courir proposé à la vente sur le site de Decathlon Maroc, le 26 février 2019. 
Le hijab pour courir proposé à la vente sur le site de Decathlon Maroc, le 26 février 2019.  (MAXPPP)

Le correspondant à Paris du quotidien américain se fend d'un édito dans lequel il se désole de la polémique liée à la commercialisation d'un hijab pour courir.

"Un hijab pour les musulmanes qui courent ? En France, c'est un scandale." Le Washington Post (en anglais) signe un éditorial consacré à la polémique sur le hijab de sport, qui a conduit le groupe Decathlon à renoncer, mardi 26 février, à la commercialisation de ce produit en France.

"Encore une foisles choix vestimentaires des femmes musulmanes font tout un drame en France", se désole James McAuley, le correspondant du quotidien américain à Paris. Il rappelle la précédente polémique autour du burkini en 2016 et ajoute : "Le hijab de running a déclenché un débat national au goût amer." 

"Une affaire d'Etat"

"Ce qui a commencé comme une tempête habituelle sur Twitter est apparemment devenu une affaire d'Etat, de hauts responsables prenant une pause au milieu d'un certain nombre de crises politiques actuelles pour s'attaquer au vêtement prétendument offensant", écrit James McAuley.

Et le journaliste d'ironiser sur les paradoxes français : "Les vêtements que les femmes musulmanes choisissent de porter sont un sujet à polémiques en France, une société officiellement laïque qui interdit tout signe et symbole religieux dans la vie publique – à l’exception, bien sûr, des crèches et des sapins de Noël qui décorent les mairies en hiver. Les organismes gouvernementaux ferment aussi quasiment chaque jour férié catholique."

Vous êtes à nouveau en ligne