Des étudiants organisent un "Hijab Day" à Sciences Po Paris

L\'opération \"Hijab day\" est destinée à \"prendre conscience du regard de l\'autre\", et à \"montrer que nous disposons de nos corps comme nous l’entendons\", écrivent les organisateurs sur la page Facebook de l\'événement.
L'opération "Hijab day" est destinée à "prendre conscience du regard de l'autre", et à "montrer que nous disposons de nos corps comme nous l’entendons", écrivent les organisateurs sur la page Facebook de l'événement. (FACEBOOK)

Pour "démystifier le tissu", ils invitent ceux et celles qui le souhaitent à porter un hijab sur les cheveux le temps d'une journée.

"Il y a autant de voiles que de femmes. C’est la personne qui le porte qui donne une signification à son vêtement, et elle est la seule légitime à le faire". Des étudiants de Sciences Po Paris ont décidé d'organiser, mercredi 20 avril, un "Hijab Day" destiné à "démystifier le tissu".

Alors que Manuel Valls s'était prononcé une semaine plus tôt pour une interdiction du voile à l'université, avant d'être recadré par François Hollande, les étudiants de la prestigieuse école à l'origine de la manifestation proposent à celles et ceux qui le souhaitent de porter un hijab sur les cheveux pendant une journée. Une opération destinée à "prendre conscience du regard de l'autre", et à "montrer que nous disposons de nos corps comme nous l’entendons", écrivent les organisateurs sur la page Facebook de l'évènement.

"Vous n'œuvrez pas pour la liberté de la femme"

L'association Salaam Sciences-Po, qui souhaite "apporter une vision renouvelée de l’Islam" à l'école de la rue Saint-Guillaume, a soutenu l'organisation de l'événement sur sa propre page. Mais les commentaires ne sont pas tous enthousiastes. "Le voile est une atteinte à la liberté, qu'on le permette et le tolère est une chose, qu'on le mette en exergue en parlant de droit en est une autre. Vous n’œuvrez pas pour la liberté de la femme, mais pour un retour en arrière", écrit ainsi une internaute.

Signe que le sujet demeure sensible, la page Facebook de l'événement a été fermée aux commentaires. "Cela permet de ne pas perdre notre temps à signaler les nombreux messages islamophobes, haineux et racistes que nous avons reçu", précisent les organisateurs de l'"Hijab Day". 

Vous êtes à nouveau en ligne