"La France est prête à accueillir" Asia Bibi et sa famille, annonce le gouvernement français

Asia Bibi, sur une photo non datée publiée le 1er novembre 2018 par l\'AFP. 
Asia Bibi, sur une photo non datée publiée le 1er novembre 2018 par l'AFP.  (BRITISH PAKISTANI CHRISTIAN ASSO / AFP)

Le ministre des Affaires étrangères s'est exprimé à l'Assemblée nationale au sujet de cette Pakistanaise chrétienne, acquittée après une condamnation à mort pour blasphème, mais toujours incarcérée.

La France est prête à accueillir la chrétienne Asia Bibi, dont la Cour suprême pakistanaise a annulé la condamnation à mort pour blasphème contre l'islam, a déclaré mercredi 7 novembre le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

Asia Bibi a été acquittée la semaine dernière après avoir passé huit ans dans le couloir de la mort pour blasphème. Mais elle reste pour l'heure incarcérée et a interdiction de quitter le pays, en vertu d'un accord conclu entre le gouvernement et les partis islamistes. Ces derniers, au premier rang desquels le parti islamiste Tehreek-e-Labaik, ont bloqué trois jours les grandes artères des villes les plus importantes du pays, appelant au meurtre des juges de la Cour suprême à l'origine du verdict.

"Obtenir son exfiltration et sa libération effective"

"Nous souhaitons (...) que le calme puisse régner de nouveau au Pakistan et que la mise en œuvre rapide de la décision de la Cour suprême soit faite", a déclaré Jean-Yves Le Drian lors des questions au gouvernement à l'Assemblée. "A cet égard, nous agissons de manière extrêmement ferme avec nos partenaires européens, avec les organisations internationales, pour obtenir [l']exfiltration [d'Asia Bibi] et sa libération effective parce qu'elle est toujours en prison", a-t-il poursuivi, avant de confirmer que la France était disposée à lui accorder l'asile ainsi qu'à sa famille.

La France est prête, si c'est le vœu de l'intéressée, si c'est le vœu de sa famille, à accueillir en France madame Asia Bibi si elle le demande.Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangèresà l'Assemblée nationale

Plus tôt mercredi, la secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, avait dit dans un communiqué "étudier" "quelle forme de soutien ou d'accueil pourrait lui être apportée ainsi qu'à sa famille selon les vœux qu'ils exprimeront." 

Ces derniers jours, les appels à la libération d'Asia Bibi se sont multipliés de la part de personnalités françaises. Une quarantaine d'universitaires, écrivains ou figures intellectuelles, dont la philosophe Elisabeth Badinter, l'ancien ministre de la Justice Robert Badinter et le philosophe Luc Ferry, appellent, dans une tribune parue dans Le Figaro de mercredi, à "remett[re] effectivement en liberté, toutes affaires cessantes, madame Asia Bibi".

Vous êtes à nouveau en ligne