Opposés au financement public des lieux de culte, Ciotti et Mariton paient pourtant pour restaurer des églises et des chapelles

Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, parle devant l\'Assemblée nationale, à Paris, le 19 juillet 2016.
Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, parle devant l'Assemblée nationale, à Paris, le 19 juillet 2016. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Les deux députés des Républicains consacrent une partie de leur réserve parlementaire à la restauration de lieux de culte, alors qu'ils se disent opposés à un financement public de ceux-ci.

Il se dit "totalement opposé au financement public des mosquées ou de tout lieu de culte". Eric Ciotti a répondu, dimanche 31 juillet, à la tribune de Manuel Valls publiée dans Le JDD. Le Premier ministre y explique vouloir "reconstruire une capacité de financement française" pour les lieux de culte.

Sur son blog, le député Les Républicains des Alpes-Maritimes a rapidement critiqué ces propos. "Je m’inscris en faux et dénonce avec force cette vision culpabilisatrice du Premier ministre qui, évoquant un pacte avec l’islam de France et ouvrant la voie à un financement public des lieux de culte, auquel je suis totalement opposé, renie à demi-mot la loi de 1905", écrit-il.

20 000 euros pour restaurer des chapelles

Un journaliste de Nice-Matin a pourtant rapidement souligné, sur Twitter, qu'Eric Ciotti avait consacré 20 000 euros de sa réserve parlementaire à la restauration de quatre chapelles en 2015, comme le note le site de l'Assemblée nationale.

La publication du journaliste a été reprise plus de 1 000 fois sur le réseau social. Eric Ciotti y a rapidement répondu. "Restauration du patrimoine n'est pas financement de lieux de culte", écrit le député mardi 2 août. Et d'ajouter : "Il ne faut pas opposer le principe de laïcité et la défense de notre patrimoine historique et culturel."

"Une démarche de valorisation du patrimoine"

Hervé Mariton, député Les Républicains de la Drôme, a lui aussi exprimé son opposition au financement public des lieux de culte sur Europe 1, mardi 2 août. "Manuel Valls a capitulé ! Lorsqu’il appelle aujourd’hui à des financements publics, c’est extrêmement grave", a dit le candidat à la primaire de la droite. 

Le député est pourtant dans le même cas qu'Eric Ciotti. Lui aussi a consacré 10 000 des 130 000 euros de sa réserve parlementaire à la réfection d'une toiture d'église et à la restauration des églises d'une commune, comme le détaille le site de l'Assemblée nationale.

"Ces rénovations entrent dans une démarche de valorisation du patrimoine, s'est également défendu Hervé Mariton à francetv info. La loi de 1905 a attribué les lieux de culte aux communes et qui se doivent donc de les entretenir. Si les bâtiments ont été construits avant cette date et qu’ils appartiennent à l’Etat ou aux communes, l’argent public finance les restaurations", a-t-il ajouté.

Vous êtes à nouveau en ligne