Cérémonies religieuses : le Conseil d’État donne trois jours au gouvernement pour revoir sa copie

France 3

La décision de l'État d'imposer une jauge de 30 personnes lors des offices religieux est jugée "disproportionnée" par le Conseil d'État. Un avis partagé par les paroissiens.

À la sortie de la messe à Perpignan (Pyrénées-Orientales), dimanche 29 novembre midi, la nouvelle est sur toutes les lèvres : le gouvernement demande au Conseil d’État de revoir sa décision d'imposer une jauge de 30 personnes dans les lieux de culte. "On est heureux de savoir qu’on va avoir le droit de pratiquer sereinement", se réjouit une paroissienne. Une satisfaction d’autant plus grande que l’évêché de Perpignan s’était élevé contre cette mesure. Plusieurs prêtres avaient alors choisi de ne pas compter les fidèles à l’entrée des églises.

Jean Castex à la rencontre des représentants des cultes

Le gouvernement a désormais trois jours pour revenir sur cette mesure. "Que l'État nous fasse confiance et nous laisse gérer avec les moyens qu’on avait mis en place", appelle Monseigneur Norbert Turini, évêque de Perpignan. Dimanche soir, le Premier ministre rencontrait les évêques de France pour discuter des futures mesures à appliquer. Lundi 30 novembre, il rencontrera les représentants des autres cultes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne