Bernard Cazeneuve appelle les responsables musulmans à lutter contre le "fanatisme"

Bernard Cazeneuve pendant une séance de questions au gouvernement à l\'Assemblée nationale, à Paris, le 15 juin 2016.
Bernard Cazeneuve pendant une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, à Paris, le 15 juin 2016. (YANN BOHAC / CITIZENSIDE / AFP)

Le ministre de l'Intérieur participait au dîner de rupture du jeûne du Conseil français du culte musulman, mercredi.

Bernard Cazeneuve a appelé les responsables musulmans à lutter contre le "fanatisme", mercredi 15 juin, lors du dîner de rupture du jeûne du ramadan organisé par le Conseil français du culte musulman (CFCM). La soirée a débuté par une minute de silence en mémoire de "toutes les victimes du terrorisme" et plus particulièrement de Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, un couple de policiers tués la veille par un homme se revendiquant de l'Etat islamique.

"Les musulmans de France condamnent avec la plus grande vigueur ces actes de terrorisme qui ne peuvent en aucun cas se réclamer d'une quelconque religion, et encore moins de la période du mois sacré de ramadan", a souligné le président du CFCM, Anouar Kbibech, juste avant l'iftar, le repas de rupture du jeûne.

"Les enfants de la République de confession musulmane ne souhaitent qu'une seule chose : (...) c'est que la société française les considère dorénavant comme des citoyens à part entière, et non comme des citoyens entièrement à part", a-t-il ajouté.

Il appelle le CFCM à sa "responsabilité historique"

"La République (...) s'emploie à le faire, lui a fermement rétorqué Bernard Cazeneuve. Il faut aussi que la République soit capable d'être ferme contre ceux qui oublient ses valeurs et ses principes."

"Il me semble qu'il y a aujourd'hui, pour vous qui représentez les Français de confession musulmane et face aux risques qui pèsent sur notre pays, une responsabilité historique, a martelé le ministre de l'Intérieur. Cette responsabilité historique, nous la partageons avec vous, elle nous engage ensemble : elle est celle de continuer à militer de toutes nos forces pour la défense de la République contre le terrorisme, bien sûr, mais, au-delà de cela, de lutter contre l'obscurantisme, le fanatisme, le rejet de l'autre."

Vous êtes à nouveau en ligne