Réforme El Khomri : environ 120.000 manifestants dans toute la France

(À Paris, plusieurs milliers de personnes ont défilé l'après-midi de la place de la République à celle de la Nation, sous un ciel menaçant et dans une ambiance bon enfant malgré des incidents isolés © Nathanaël Charbonnier / Radio France)

Syndicats de salariés et de lycéens ont lancé un nouvel appel à la mobilisation partout en France ce week-end pour demander le retrait du projet de loi sur la réforme du travail. Les premiers défilés ont débuté ce matin dans plusieurs villes de province avant la manifestation à Paris, partie à 14h de la Place de la République. Un test aussi de mobilisation. Le point avec le réseau France Bleu.

Nouvelle journée de mobilisation ce samedi contre le projet de loi El Khomri, à l'appel de la CGT, de FO, de Solidaires, de la FSU et de trois organisations de jeunesse (UNEF, UNL et FIDL). Pour la sixième fois en un mois, des salariés, des étudiants et des lycéens ont commencé à défiler dès ce matin dans toute la France pour obtenir le retrait du projet de réforme du Code du travail, malgré les modifications apportées en Commission parlementaire. A Paris, le cortège est parti à 14h de la place de la République en direction de celle de la Nation.

La mobilisation est en baisse par rapport aux 9 et 31 mars

Les opposants au texte espèrent élargir le mouvement en appelant pour la première fois à défiler un week-end, avec plus de 200 cortèges organisés, et maintenir la pression sur le gouvernement après les rassemblements du 31 mars, qui ont réuni entre 390.000 et 1,2 million de personnes, et les défilés de mardi dernier n'avaient réuni que 23.800 manifestants dans toute la France (chiffres ministère). L'intersyndicale a déjà prévu une nouvelle mobilisation le 28 avril. En fin de journée, selon le ministère de l'Intérieur, on comptait 120.000 manifestants dans toute la France.D'après les autorités, la mobilisation est en baisse par rapport aux journées du 9 mars (224.000 manifestants en France selon la police) et du 31 mars (390.000 manifestants selon la police).

Heurts en fin de parcours à Paris

Des heurts opposaient samedi après-midi des manifestants aux forces de l'ordre en fin de parcours du cortège parisien contre la loi travail. Plusieurs dizaines de manifestants cagoulés et vêtus de sombre ont lancé des projectiles, notamment des bouteilles, des bâtons et des pétards, contre des CRS sur la place de la Nation, où le défilé parti de République est censé se disperser.

13h30 : 19 manifestants blessés à Rennes selon FO, 2 policiers blessés selon le préfet

12h30 : des échauffourées à Rennes

La manifestation contre la loi Travail a dû être momentanément stoppée ce samedi vers 12h30 à Rennes, en raison d'échauffourées entre les forces de l'ordre et des manifestants, selon France Bleu Armorique, qui décrit des "syndicats débordés" et des "échanges musclés". Les CRS ont fait usage de gaz lacrymogènes. Un hélicoptère survole le rassemblement.

Le syndicat FO a repris la tête du cortège quelques minutes plus tard pour redémarrer le défilé.

Lors des trois précédentes mobilisations à Rennes, des manifestants sont descendus sur les voies ferrées, obligeant la SNCF à interrompre la circulation des trains.

A la mi-journée,  les stations France Bleu et bureaux de Radio France comptabilisaient :

  • A Paris, fumigènes place de la Bastille et manifestation à l'arrêt

    • Quelques milliers de personnes et des affrontements à Rennes :  20 manifestants blessés (selon les manifestants), ainsi que 3 CRS. Il y a eu au moins deux interpellations. Le syndicat FO accuse le préfet d'avoir provoqué les incidents. Le préfet dément, et se dit prêt à mettre à disposition les images filmées par hélicoptère. Des palettes incendiées place des Lices, camion de pompiers caillassé.

    • Nantes : des banques prises pour cible

    • Caen :  environ 3000 manifestants

    • 700 personnes à Périgueux

    • entre 1350 et 3000 personnes à Strasbourg

    • plus de 1300 personnes à Pau

    • près de 1000 participants à Valence

    • 600 manifestants à Chambéry

    • 350 à Montélimar

A lire aussi |  Loi Travail : "C’est l’ampleur de la mobilisation de samedi qui va déterminer les arbitrages du gouvernement"  (W. Martinet / UNEF) 12