Une information judiciaire pour "proxénétisme aggravé" visant le site de petites annonces Vivastreet a été ouverte

Page internet du site de petites annonces Vivastreet, le 31 mai 2018.
Page internet du site de petites annonces Vivastreet, le 31 mai 2018. (CAPTURE ECRAN / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Vivastreet est accusé d’héberger des annonces menant en réalité à des prostituées.

Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire, mercredi 30 mai, pour "proxénétisme aggravé" contre X a appris France Info de source judiciaire. Vivastreet, le site numéro 2 en France de petites annonces gratuites est visé. Il est accusé d’héberger des annonces menant en réalité à des prostituées.

Comme le révélait en 2016 la cellule investigation de franceinfo, une jeune fille de 14 ans a posté une annonce pour se prostituer. Elle s'est fait passer pour une masseuse de 20 ans. Ses parents, furieux, ont déposé plainte contre le site pour proxénétisme sur mineure. Une autre plainte a également été déposée par Le Mouvement du Nid, une association anti- prostitution, qui a donné lieu à l'ouverture d'une enquête préliminaire pour proxénétisme aggravé en février 2017.

Rien n'est dit clairement

En cause, ces petites annonces payantes, rangées sous l’onglet Erotica où rien n’est dit clairement, pas de tarif affiché. En 2016, pour les besoins de l'enquête, la cellule investigation s’est fait passer pour un client potentiel. Elle a obtenu toujours la même réponse : la demi-heure à 100 euros, l’heure à 200 euros. Puis la cellule a posté d'autres annonces jouant le rôle d'une brunette sexy de 19 ans. En quelques jours une centaine de réponses par mail. Des mails envoyés via le site Vivastreet.

Contacté par franceinfo, mercredi, l’avocate du site de petites annonces, n'a pas donné suite pour le moment. En 2016, elle affirmait qu'il n’y avait aucune tolérance de la part de Vivastreet s’agissant de prestations sexuelles tarifées. Elle précisait que le site n'est qu’un hébergeur, et qu’il n’est donc pas responsable du contenu généré par les internautes.

Vous êtes à nouveau en ligne