Le site Vivastreet suspend sa rubrique "rencontres" après le lancement d'une enquête pour proxénétisme

Viva Street est soupçonné d’héberger des annonces de prostitution au sein de sa rubrique \"Erotica\".
Viva Street est soupçonné d’héberger des annonces de prostitution au sein de sa rubrique "Erotica". (MAXPPP)

Cette décision fait suite à l'ouverture d'une information judiciaire pour proxénétisme aggravé contre X, visant les rubriques "Sans lendemain", "Erotica" et "Erotica gay" du site de petites annonces.

"En dépit de nos efforts, il a été suggéré que certains utilisateurs font un usage inapproprié de notre site, en agissant d’une manière qui serait contraire à nos conditions générales." Voici le message qui apparaît en lieu et place de la rubrique "Rencontres" du site Vivastreet, mardi 19 juin. Le site de petites annonces a décidé de suspendre cette section, "afin de prévenir tout abus".

Cette décision fait suite à l'ouverture d'une information judiciaire fin mai, par le parquet de Paris, pour "proxénétisme aggravé" contre X. Vivastreet est soupçonné d’héberger des annonces de prostitution au sein de sa rubrique "Erotica".

Deux plaintes déposées

Comme le révélait en 2016 la cellule investigation de franceinfo, une jeune fille de 14 ans avait posté une annonce pour se prostituer. Elle s'était fait passer pour une masseuse de 20 ans. Ses parents ont porté plainte contre le site pour proxénétisme sur mineure. Une autre plainte a également été déposée par Le Mouvement du nid, une association antiprostitution, qui a donné lieu à l'ouverture de cette enquête.

En avril 2017, France 3 Nouvelle-Aquitaine avait rencontré une escort installée à Poitiers, qui se faisait connaître sur le site, ce qui lui permettait d'entrer en relation avec des clients.

Vous êtes à nouveau en ligne