Près de 9 Français sur 10 soutiennent les mouvements sociaux actuels, selon un sondage

Manifestation à Paris des employés de maisons de retraite, le 30 janvier 2018.
Manifestation à Paris des employés de maisons de retraite, le 30 janvier 2018. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Le sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et "Le Figaro", jeudi, montre que 87% des Français interrogés soutiennent les mouvements sociaux actuels.

Les mouvements sociaux actuels se plaignant du manque de moyens et d'effectifs, comme ceux des  surveillants pénitentiaires, du personnel des hôpitaux ou encore des Ehpad, sont soutenus par près de neuf Français sur 10 (87%), selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro*, publié jeudi 1er février. Dans le détail, 54% des Français interrogés déclarent les soutenir clairement et 33% disent avoir de la sympathie pour eux.

Le soutien ou la sympathie à l'égard de ces mouvements s'observent quelle que soit l'appartenance politique. 94% des sympathisants de gauche, 83% des sympathisants de droite, 83% des sympathisants du FN et 82% des sympathisants de La République en marche déclarent soutenir ces mouvements ou avoir de la sympathie pour eux.

La bonne opinion des Français du secteur public

La seule différence se situe dans l'intensité. Les sympathisants de gauche et du FN sont majoritairement dans le soutien, ce qui peut impliquer de la mobilisation auprès des manifestants, alors que ceux de droite et de La République en marche sont davantage dans la sympathie.

Ce soutien s'explique d'abord parce que les Français ont une bonne opinion du secteur public (57%), très mobilisé dans ce mouvement. En outre, les sondés sont une majorité (55%) à estimer que la politique économique, fiscale et sociale du gouvernement a plutôt tendance à désavantager les salariés du secteur public. Ils sont même 71% à penser que la politique actuelle désavantage les catégories populaires et 88% à penser qu'elle se fait au détriment des retraités.  

En conséquence, près des deux-tiers des Français (64%) considèrent que ces mouvements pourraient déboucher sur un mouvement de contestation généralisé.

*L'enquête a été réalisée auprès d'un échantillon de 1 003 Français interrogés par internet les 31 janvier et 1er février 2018.