Le personnel pénitencier de Fleury-Mérogis manifeste sa colère

Le soir du 6 avril, le personnel pénitencier de Fleury-Mérogis a protesté à proximité de l’enceinte de la maison d’arrêt. Le journaliste Rémy Buisine était sur place pour Brut, il a recueilli le témoignage d’un syndicaliste.

Le 6 avril, le personnel pénitencier de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis a protesté devant l’enceinte de l’établissement. En cause, notamment, leurs conditions de travail et le manque de moyens comme d’effectifs.

Interviewé par le journaliste Rémy Buisine pour Brut, Marcel Duredon, syndicaliste à Force Ouvrière Pénitenciaire, explique que la situation s’est dégradée avec le temps.

Fleury-Mérogis est actuellement en situation de surpopulation carcérale : "nous sommes à 180% de taux d’occupation", décrit-il.

“C’est pas eux qui se font insulter au quotidien”

Marcel Duredon dénonce aussi le manque de considération envers le personnel pénitencier : "les gens qui pondent les lois, [...] c’est pas eux qui se font péter la gueule, c’est pas eux qui se font insulter au quotidien !" L'organisation de cette protestation était aussi une réponse à l'agression de six surveillants pénitentiaires par des détenus jeudi 6 avril dernier.







Vous êtes à nouveau en ligne