Condé-sur-Sarthe : récit d’une agression terroriste

FRANCE 2

La compagne de l’agresseur a simulé un malaise pour attirer les surveillants et les poignarder.

Pendant une heure et vingt minutes, le Raid a assiégé la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne) où étaient retranchés l’agresseur, Michaël Chiolo et sa compagne. Ces derniers ont refusé de se rendre. "On a vraiment donné le temps à la négociation, la possibilité de se rendre et ça n’a pas pu aboutir d’où la nécessite à intervenir", explique Jean-Baptiste Dulion, commandant du Raid. La femme s’est alors jetée sur les policiers et a été abattue. L’agresseur a lui été blessé.

Michaël Chiolo voulait venger Cherif Chekatt

Michaël Chiolo et sa compagne se trouvaient dans l’unité de vie familiale, pièce qui leur permet de passer un moment en toute intimité. Soudainement, elle simule un malaise et deux surveillants accourent. La femme puis l’homme les poignardent à plusieurs reprises. Les surveillants, blessés, arrivent à s’échapper en les enfermant. Le couple annonce avoir une ceinture d’explosifs, qui s'est révélée être factice. L’agresseur aurait voulu venger Cherif Chekatt, mis en cause dans les attentats perpétrés à Strasbourg (Bas-Rhin). Même si Michaël Chiolo était fiché comme étant radicalisé, son bon comportement en prison lui permettait d’avoir accès à l’unité de vie familiale.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne