Les sujets du jour
Coupe du monde 2018Tour de France 2018Donald TrumpVacancesFrance championne du monde

VIDÉO. PMA : "Passer entre la victoire de l'équipe de France et les vacances d'été, ça peut être une manœuvre", juge Gérard Larcher

RADIO FRANCE / FRANCE INFO

Le président Les Républicains du Sénat appelle, mercredi sur franceinfo, à "prendre le temps" pour discuter d'un texte sur la procréation médicalement assistée.  

Le président Les Républicains (LR) du Sénat, Gérard Larcher, a appelé, mercredi 18 juillet sur franceinfo, à aborder "sereinement" la discussion d'un projet de loi sur la procréation médicalement assistée (PMA). L'élu des Yvelines a estimé que "passer entre la victoire de l'équipe de France à la Coupe du monde et les vacances d'été sur une proposition de loi, ça peut être une manœuvre".

Le temps d'une réflexion et du débat

"Il n'est pas question d'une procédure accélérée", au sujet de la PMA, a martelé Gérard Larcher, qui précise avoir émis cette demande au chef de l'Etat. Alors que le député La République en marche (LREM), Guillaume Chiche, doit déposer la semaine prochaine une proposition de loi sur la PMA pour toutes, le président du Sénat a apprécié qu'aient été réunis des avis, "du Conseil d'Etat, du Comité consultatif national d'éthique", et il ne veut "surtout pas de procédure accélérée à la manière du mariage pour tous".

"C'est vrai qu'il y a des droits nouveaux qui se sont ouverts, et ça mérite un vrai débat, et, personnellement, sur la PMA, je veux voir dans quelles conditions il devra s'exercer", a poursuivi le président LR du Sénat.  "Voilà pourquoi passer entre la victoire de l'équipe de France à la Coupe du monde et les vacances d'été sur une proposition de loi, ça peut être une manœuvre", a-t-il relevé. "Ce sujet est tellement important (...) qu'il nécessite le temps, le sérieux et de prendre la distance nécessaire, dans le respect des personnes et des couples", a ajouté Gérard Larcher.

Le président LR du sénat a aussi précisé qu'il était "totalement hostile à la GPA [gestation pour autrui], parce que c'est une délégation à autrui, une marchandisation".