PMA : "Personne n'a intérêt à revivre les mêmes termes que pour le débat sur le mariage pour tous", indique Aurore Bergé

franceinfo

Invitée sur franceinfo mercredi, la députée des Yvelines et porte-parole de La République en marche Aurore Bergé est revenue sur les débats à venir autour de la PMA pour toutes les femmes, promesse de campagne d’Emmanuel Macron.

Le Conseil des ministres se réunit à nouveau après les vacances. La rentrée s'annonce tendue avec des nombreuses réformes à mener et des manifestations déjà annoncées. Parmi les sujets sensibles, la PMA [procréation médicalement assistée]. "Personne n'a intérêt à revivre les mêmes termes" que pour le débat sur le mariage pour tous, indique mercredi 21 août sur franceinfo Aurore Bergé, députée des Yvelines (membre de la commission des Affaires culturelles et de l'Éducation) et porte-parole de LREM. La PMA fait débat au sein même de La République en marche.

C'est un engagement très clair qui avait été porté pendant la campagne présidentielle par Emmanuel Macron et on souhaite le tenir.

Aurore Bergé

à franceinfo

"À partir du moment où nous ouvrons ce nouveau droit, il faut qu'il soit effectif, assure la députée. Pour qu'il le soit, il faut qu'il puisse être remboursé sinon on va recréer de la discrimination entre les couples hétérosexuels pour lesquels ce sera remboursé et les autres." Aurore Bergé a assuré qu'il n'y "avait aucun droit à l'enfant ni pour les couples hétérosexuels, ni pour les couples homosexuels, ni pour les femmes seules". "C'est juste qu'on a une pratique qui existe, qui n'est pas ouverte à tous et il n'y a pas de raison qu'on maintienne cette inégalité."

"L'Eglise ne va pas guider la manière dont on organisera les débats"

Mgr Chauvet, le recteur de Notre-Dame de Paris, a fait part de sa réticence sur le sujet et a estimé que c'était "l'émotion" qui agissait et non "la raison". L'Eglise "ne va pas guider la manière dont on organisera les débats et dont on votera", a répondu Aurore Bergé. "Qu'un certain nombre de personnes souhaitent s'exprimer sur ce projet de loi c'est légitime, c'est quelque chose qui touche à l'intime." "Il faut, poursuit Aurore Bergé, être très attentif à la manière dont ce débat peut se passer. Personne n'a intérêt à revivre les mêmes termes" que pour le débat sur le mariage pour tous. Aurore Bergé a assuré "que tout le monde pourra être entendu et respecté" et rappelé que "pour être respecté il faut aussi être respectable sur la manière avec laquelle on avance les arguments."

Concernant le remboursement de la PMA, Aurore Bergé a déclaré qu'une estimation avait été réalisée dans l'étude d'impact présentée par le gouvernement. "On est sur quelques dizaines de millions d'euros par an. C'est une mesure qui est tout à fait financée."

Vous êtes à nouveau en ligne