ENQUETE FRANCE 3. PMA : comment des gynécologues inséminent illégalement leurs patientes en France

Le Comité consultatif national d'éthique s'est prononcé en faveur PMA pour toutes les femmes souhaitant recourir à un don de sperme. La pratique reste, pour le moment, illégale en France mais certains médecins proposent à leurs patientes de les inséminer illégalement.

Le Comité consultatif national d'éthique s'est prononcé en faveur de la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes, c'est-à-dire pour les femmes lesbiennes ou pour les mères célibataires souhaitant recourir à un don de sperme. La pratique reste, pour le moment, illégale en France. Mais certains médecins proposent malgré tout à leurs patientes de les inséminer. France 3 a mené l'enquête.

Sarah, lesbienne, a pu avoir un enfant grâce à une PMA, organisée en France par une gynécologue. "Elle me faisait venir comme une patiente lambda dans son cabinet, explique la mère de famille. Elle avait autour d'elle sa propre organisation de jeunes donneurs (...) Le contrat c'était de ne pas poser de question sur son business." La gynécologue qui a assisté Sarah dans sa démarche encourt jusqu'à 5 ans de prison et 75 000 euros d'amende.

"Nous parlons d'une pratique illégale"

Sur internet, les femmes qui souhaitent acheter des échantillons de sperme peuvent le faire aisément. "On n'a jamais eu de problème avec les autorités ou la douane en France", explique Crios, la plus grande banque de sperme du monde, implantée au Danemark. La société danoise propose aussi à ses clientes de les mettre en relation avec un médecin qui pratique des "inséminations intra-utérines" à Paris.

"C'est la première fois qu'on m'en parle, a réagi la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Nous parlons d'une pratique illégale. Nous proposerons un texte aux parlementaires dans les mois qui viennent." 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne