PMA : c'est une "révolution anthropologique de la famille qui est en train de se passer sous nos yeux"

L\'avis du comité consultatif national d\'éthique relatif à la révision de la loi de Bioéthique, le 25 septembre 2018, à Paris.
L'avis du comité consultatif national d'éthique relatif à la révision de la loi de Bioéthique, le 25 septembre 2018, à Paris. (LUC NOBOUT / MAXPPP)

Laurence Brunet, juriste spécialiste en droit de la famille, a réagi, mardi sur franceinfo, à l'avis rendu par le comité consultatif national d'éthique qui est favorable à l'élargissement de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules.

L'avis rendu, mardi 25 septembre, par le comité consultatif national d'éthique qui est favorable à l'élargissement de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, marque que la famille est "juste en train de se transformer", estime Laurence Brunet, sur franceinfo. La juriste spécialiste en droit de la famille, chercheuse associée à l’Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne juge que ce n'est pas "une déconstruction" de la famille.

franceinfo : Pourquoi les débats autour de la famille sont-ils aussi sensibles en France ?

Laurence Brunet : On l'a vu dans le débat en 2013 : toute la question de la structure familiale, qui touche tout un chacun, est vraiment une question compliquée. L'ouverture de la PMA, c'est la reconnaissance de la famille homoparentale ou de la famille monoparentale, mais une famille monoparentale très différente parce que les femmes choisiraient d'avoir un enfant seul, elles ne le subiraient pas. C'est cette révolution anthropologique, on peut aller jusque-là, de la famille qui est en train de se passer sous nos yeux. La famille a changé.

Depuis quand la famille a-t-elle commencé à changer ?

Depuis plus de 50 ans. La famille change, mais l'accélération s'est faite parce que les technologies sont venues permettre des choses qui avant, certes étaient possibles naturellement, mais qui là le deviennent de manière beaucoup plus simple et peut-être beaucoup plus acceptable pour les couples de femmes et les femmes seules. C'est l'accélération à la fois de la société et du progrès technologique qui rend la question si aiguë.

Certains parlent de "déconstruction" de la famille. Qu'en pensez-vous ?

Je n'emploierais pas le mot "déconstruction". Je dirais qu'il y a une transformation et la famille n'a jamais été aussi importante. Elle est juste en train de se transformer, de se rénover, de se métamorphoser, mais je crois que, plusieurs études le montrent, la notion de transmission, de solidarité, l'importance des liens familiaux n'ont jamais été aussi importants. C'est bien pour cela que les couples de femmes veulent absolument pouvoir être reconnus comme les deux mères, comme les deux parents légaux. Au contraire, il y a une valorisation de la famille.

Vous êtes à nouveau en ligne