Ouverture le dimanche : FO réclame 37 millions d'euros à Bricorama

(Maxppp)

Force Ouvrière a fait ses calculs : l'ouverture dominicale des magasins Bricorama, condamnée par la justice, vaut la bagatelle de... 37 millions d'euros. C'est la somme que le syndicat a réclamée vendredi matin devant le tribunal de grande instance de Pontoise.

37 millions d'euros : l'addition est lourde. C'est, selon l'avocat de Force Ouvrière, la somme qui  correspond au montant cumulé des astreintes susceptibles d'être payées par Bricorama, compte tenu des infractions constatées dans les 31 magasins du groupe en Ile-de-France durant 43 dimanches, entre janvier et octobre 2012. Et Me Lecourt poursuit : "Le groupe [Bricorama] a bravé volontairement une injonction judiciaire ".

L'enseigne de bricolage a en effet été condamnée en janvier dernier à renoncer à l'ouverture de ses magasins le dimanche, sous peine d'une astreinte de 30.000 euros par établissement et par jour.
Jugement confirmé le 31 octobre par la cour d'appel de Versailles. Bricorama a d'ores et déjà annoncé son intention de se pourvoir en Cassation.

Des négociations en vain

37 millions d'euros, c'est évidemment une lourde menace pour Bricorama : "Si vous condamnez le groupe à 37 millions d'euros d'amende, vous obèrerez les chances de survie de l'entreprise ", a mis en garde l'avocat de l'enseigne, Me Frédéric Naquet, devant le tribunal de Pontoise. "Au final, ce sont les salariés qui risquent de
subir les conséquences de cette décision
".

FO et Bricorama ont tenté, avant l'audience de ce vendredi matin, de négocier. Le syndicat proposait d'échanger une partie "substantielle des astreintes", contre (notamment) la mise en place d'un treizième mois et l'arrêt de toute action judiciaire. Ces deux jours de négociation n'ont rien donné.

Bricorama emploie 2.614 salariés dans ses 95 magasins français, dont une trentaine en Ile-de-France. Parmi eux, 300 personnes travaillaient le dimanche.

L'ouverture des magasins le dimanche est très strictement encadrée depuis la loi du 11 août 2009, qui réaffirme le principe du repos dominical.

Vous êtes à nouveau en ligne