Nuit debout : les riverains excédés par le mouvement

FRANCE 3

Cela fait plusieurs nuits que des incidents ont lieu en marge du mouvement. Si le mouvement reste autorisé, la question de l'interdiction commence à se poser.

Un kiosque cassé, une agence bancaire fracassée, voici les stigmates des débordements de la Nuit debout. Vendredi soir, en marge du mouvement, des manifestants ont pris à partie des policiers. Les CRS ont riposté et ont interpellé plusieurs casseurs.

Couvre-feu

Au-delà de ces dérives, pour Roland Coutareau, riverain qui habite place de la République et soutient le mouvement, les nuisances sonores deviennent difficiles à supporter. "Il y a des installations qui commencent à se mettre en place avec de vrais rêveurs qui ont pour seul but de faire la fête, boire, faire les équilibristes sur la statue et finir aux urgences. Le problème vient de là", explique le jeune homme. Ce samedi après-midi, la préfecture de Paris a demandé que la place soit évacuée à 1h du matin, plusieurs centaines de personnes occuperont les lieux sous haute surveillance.


Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne