VIDEO. Fessenheim : une fermeture sans cesse repoussée

Franceinfo revient sur la promesse de campagne de François Hollande, qui a été plusieurs fois contrariée durant son quinquennat. La date exacte de la fermeture de la centrale nucléaire reste incertaine, mais elle pourrait intervenir fin 2018.

Le conseil d'administration d'EDF a adopté, mardi 24 janvier, un accord qui ouvre la voie à l'arrêt effectif de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin). La fermeture de la plus vieille centrale nucléaire de France, qui était une promesse du candidat Hollande en 2011, a été plusieurs fois repoussée pendant son quinquennat.

"La centrale de Fessenheim, qui est la plus ancienne de notre parc, sera fermée à la fin de l’année 2016", avait-il assuré, en septembre 2012, en inaugurant la conférence environnementale. Philippe Martin, alors ministre de l'Ecologie, a confirmé le calendrier dans une interview au Journal du dimanche, en juillet 2013. "J’ai un mandat : je fermerai Fessenheim d’ici au 31 décembre 2016."

2014 : Royal sème le trouble

Mais à l'automne 2014, Ségolène Royal, qui a remplacé entre-temps Philippe Martin au ministère (renommé "ministère de l'Environnement"), sème le trouble. Elle laisse entendre que d'autres réacteurs que Fessenheim pourraient fermer.

"Lorsque le réacteur de Flamanville va ouvrir, normalement en 2016, deux autres réacteurs devront  fermer. Soit les plus anciens, soit ceux qui nécessiteraient l'investissement le plus coûteux en  termes de remise aux normes (...). Cela pourrait être d'autres réacteurs que Fessenheim (...)", déclare-t-elle sur RTL.

La fermeture prévue en 2018

Moins d’un an plus tard, en septembre 2015, la ministre rétropédale. Elle évoque une possible fermeture, mais en 2018. "Pour fermer deux réacteurs comme ceux de Fessenheim, il ne suffit pas de tourner un bouton", lance-t-elle sur RTL

François Hollande confirme ensuite, dans un entretien au Parisien Magazine, l’échéance de 2018. Le chef de l'Etat confirme également le lien entre la fermeture de Fessenheim et le lancement de l’EPR de Flamanville (Manche), prévu en 2018.

L'EPR de Flamanville livré fin 2018 ?

Le 28 octobre 2016, avec plusieurs mois de retard, le gouvernement publie sa feuille de route de transition énergétique (document PDF), la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE). La loi sur la transition énergétique, dont la PPE est le guide, prévoit de passer de 75% à 50% d'électricité d'origine nucléaire en 2025. La fermeture de la centrale de Fessenheim y est clairement évoquée à l'horizon 2018.

Reste à savoir si l'EPR de Flamanville sera livré à temps. Sa livraison accuse déjà six ans de retard. Mais Laurent Thieffry, directeur du projet Flamanville, se montre confiant. Selon lui, le cœur nucléaire de Flamanville "pourra battre sans problème à partir de fin 2018".

Vous êtes à nouveau en ligne