VIDÉO. EPR de Flamanville : "Au point où on est, il faut sans doute continuer", estime Matthieu Orphelin

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Matthieu Orphelin, ex-député La République en marche du Maine-et-Loire, proche de Nicolas Hulot, commente vendredi sur franceinfo la facture revue à la hausse du chantier du réacteur nucléaire EPR de Flamanville dont le coût s'élève désormais à 12,4 milliards d'euros.

"Au point où on est, il faut sans doute continuer à mener" ce projet explique sur franceinfo vendredi 11 octobre Matthieu Orphelin, ex-député La République en marche du Maine-et-Loire, proche de Nicolas Hulot, à propos de l'EPR de Flamanville dont le coût s'élève désormais à 12,4 milliards d'euros. Le coût prévu de l'EPR de Flamanville était en effet annoncé jusqu'à présent de 10,9 milliards, déjà trois fois plus que l'estimation initiale.

"C'est un désastre économique"

"L'EPR à Flamanville, c'est un désastre économique, cela doit nous inciter à réfléchir", a continué Matthieu Orphelin. "L'expérience de Flamanville, estime le député, montre que l'argent à investir dans l'énergie, la transition énergétique sera bien mieux investie dans d'autres types d'énergies, les énergies renouvelables, le stockage de l'énergie, que dans des moyens de production comme l'EPR nucléaire."

Il faut que le gouvernement en tire des leçons et ne pas relancer très clairement une nouvelle série d'EPR.

Matthieu Orphelin

à franceinfo

EDF prévoyait ces dernières années de démarrer l'EPR de Flamanville fin 2019, pour une mise en service commerciale en 2020, quand le calendrier initial tablait sur 2012. Mais EDF avait déjà prévenu cet été que sa mise en service n'aurait finalement pas lieu avant fin 2022. 

Au point où on est, il faut sans doute continuer à le mener, mais en espérant qu'on ne va pas aller, de mois en mois, d'augmentation de délais, de coûts.

Matthieu Orphelin

à franceinfo

Peut-on lutter contre le réchauffement climatique et sortir du nucléaire ? "Oui, on peut le faire", répond le député. "Il faut investir beaucoup plus qu'aujourd'hui dans la maîtrise de l'énergie, dans l'efficacité énergétique et la rénovation énergétique des logements, estime Matthieu Orphelin. Dans le même temps, il faut développer les énergies renouvelables et le stockage de l'énergie." "La France et l'Europe pourraient faire beaucoup plus", estime-t-il, alors que la France vient de de repousser l'objectif de 50% de nucléaire à 2035 au lieu de 2025.

Vous êtes à nouveau en ligne