VIDEO. A l'origine de la carrière d'Anne Lauvergeon, une pique paternelle

Les codes du pouvoir, celle qui fut l'une des femmes les plus puissantes de France a dû les apprendre, car elle n'est pas du sérail. Anne Lauvergeon a grandi dans un modeste pavillon d'Orléans, où "Complément d'enquête" s'est invité – des années après le président Mitterrand. Extrait.

Comment, quand on n'est pas du sérail politique, intégrer à seulement 30 ans le cabinet du président de la République, puis devenir la championne du nucléaire français ? Anne Lauvergeon, ancienne patronne d'Areva et chouchoute de François Mitterrand, a grandi dans un modeste pavillon à Orléans. "Complément d'enquête" y a rencontré ses parents – encore sous le choc d'un déjeuner avec l'ancien chef d'Etat.

Portrait d'"Atomic Anne" en lectrice de "Rahan"

Pénétrons avec Laure Pollez dans la chambre d'adolescente d'"Atomic Anne". Aux murs, des portraits photo d'une brunette aux longs cheveux et à la dégaine rock'n roll. On la savait fan des Stones, on la découvre accro à Rahan, BD culte des années 70. C'est son père, prof d'histoire-géo, qui fait la visite.

Quand Mitterrand s'invite à déjeuner chez les parents Lauvergeon

Anne Lauvergeon n'est pas une "fille de", mais elle est issue d'une famille de "têtes" : son père a obtenu l'agrégation grâce aux cours du soir, ses deux jeunes frères ont fait Polytechnique et Centrale. Pour Anne, ce sera Normale Sup. Chez les Lauvergeon, aucune différence dans l'éducation entre fille et garçons, explique "Papa Lauvergeon", très fier de "[sa] femme, très féministe". Celle-ci, ancienne assistance sociale, se souvient avec émotion de la "présence" très intimidante de François Mitterrand. Sans façons, l'ancien président s'était invité à déjeuner chez les parents de sa jeune conseillère...

Un caractère fier 

Pour arriver jusqu'à l'Elysée, cette éducation égalitaire n'aurait pas suffi, sans le caractère fier de la jeune Anne. Un trait mis en lumière par une autre anecdote confiée par ses parents. Son père la croit "peu scientifique" ? Pour lui démontrer qu'elle peut réussir dans les sciences, elle va décrocher l'agrégation de physique. Avant d'être recrutée par un corps d'élite qui sélectionne les meilleurs ingénieurs, les Mines.

Extrait de "Anne Lauvergeon, l'enfant gâtée de la République", un hors-série de "Complément d'enquête".

Vous êtes à nouveau en ligne