Un nouveau revers pour le nucléaire français

FRANCE 2

Le réacteur dernière génération de Flamanville ne verra pas le jour avant 2018.

C'est une mauvaise nouvelle pour le nucléaire français. La mise en service de l'EPR de Flamanville a été reportée. Le réacteur dernière génération ne démarrera pas avant 2018. Résultat, la facture s'alourdit avec un coût pharaonique de plus de 10 milliards d'euros, soit trois fois plus que prévu.

Mis en service prévue en 2012

"Nous sommes désolés d'annoncer un retard supplémentaire sur Flamanville qui est dû à la complexité du projet. Il n'y a pas une raison qui se singularise c'est la complexité du projet en général qui explique ce retard", a déclaré Jean-Bernard Lévy, directeur général d'EDF.

A l'origine, l'EPR aurait dû produire de l'électricité dès 2012. Mais des difficultés techniques ont régulièrement paralysé le chantier. De leur côté, les antinucléaires en profitent : "Cette transition énergétique, dont on parle en France, elle est nécessaire, elle est attendue. Il faut passer aux énergies renouvelables, c'est beaucoup plus sûr et surtout moins coûteux", clame Cyrille Cormier de Greenpeace, au micro de France 2.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne