Ségolène Royal assure que la centrale nucléaire de Fessenheim fermera en 2018

La centrale nucléaire de Fessenheim, dans le Haut-Rhin, le 9 avril 2013.
La centrale nucléaire de Fessenheim, dans le Haut-Rhin, le 9 avril 2013. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

EDF a obtenu un délai, jeudi, avant la fermeture de la plus vieille centrale nucléaire de France.

Ségolène Royal a assuré, vendredi 7 avril, que le décret permettant l'arrêt de Fessenheim "sera pris" avant la fin du mandat de François Hollande. La centrale "sera fermée à l'échéance qui était prévue, 2018", a ajouté la ministre de l'Environnement, invitée de RTL.

EDF a pourtant obtenu jeudi un délai pour mettre en œuvre la fermeture de la plus vieille centrale de France, située dans le Haut-Rhin. Le conseil d'administration de l'entreprise a donné son accord pour qu'une demande d'abrogation d'exploiter la centrale soit transmise à l'Etat. Mais cette demande n'interviendra que dans les six mois précédant la mise en service de l'EPR de Flamanville (Manche), prévue pour 2019.

Le décret "déjà mis en rédaction"

"Ce qui s'est passé est très important dans l'histoire du modèle énergétique français : pour la première fois, un conseil d'administration d'EDF admet qu'il faut fermer la plus ancienne centrale, s'est félicitée Ségolène Royal. Ce conseil utilise même les mots 'irréversible' et 'inéluctable'."

La ministre de l'Environnement a toutefois déclaré que le gouvernement n'était pas obligé d'attendre qu'EDF lui transmette une demande pour adopter le décret. "Ce décret sera pris, je l'ai d'ailleurs déjà mis en rédaction, a affirmé Ségolène Royal, vendredi matin. J'en prends l'engagement aujourd'hui." 

Vous êtes à nouveau en ligne