Nucléaire : EDF va étaler jusqu'en janvier la fermeture temporaire de cinq réacteurs

La centrale de Tricastin en 1999
La centrale de Tricastin en 1999 (- / AFP)

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avait demandé des contrôles sur cinq réacteurs avant le 18 janvier 2017. EDF annonce que les travaux débuteront samedi 22 octobre pour s'achever le 15 janvier 2017.

EDF a annoncé vendredi 21 octobre dans un communiqué la fermeture temporaire, étalée dans le temps, de cinq réacteurs pour réaliser des contrôles. Les expertises débuteront samedi et se termineront le 15 janvier 2017.

La fermeture avait été réclamée mardi par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) afin de faire des vérifications. Cela concerne les centrales de Tricastin, Fessenheim, Gravelines et Civaux. L’ASN) avait demandé mardi 18 octobre à EDF de réaliser des contrôles avant le 18 janvier 2017 ciblant cinq réacteurs nucléaires : Tricastin 2 et 4, Fessenheim 1, Gravelines 4 et Civaux 1.

Les contrôles portent sur la sécurité des générateurs de vapeur

Selon EDF, ces contrôles sont "destinés à conforter la démonstration que les générateurs de vapeur du parc nucléaire concernés par la problématique de ségrégation carbone sont aptes à remplir leur fonction en toute sûreté"

Pour éviter "des effets spéculatifs" sur le marché de gros de l'électricité pendant la fermeture temporaire des réacteurs nucléaires, EDF a parallèlement demandé vendredi 21 octobre au gouvernement de prendre "toutes les mesures nécessaires." Il s'agit notamment de "la suspension temporaire" du dispositif Arenh ( Accès régulé à l'électricité nucléaire historique) qui oblige EDF à revendre une partie de son électricité à ses concurrents.

Ségolène Royal demande à EDF d'assurer la "sécurité d'approvisionnement"

Dans un courrier adressé à Jean-Bernard Lévy, son PDG, Ségolène Royal interpelle EDF. "Je vous demande (...) de mettre en oeuvre tous les moyens
en votre pouvoir afin de contribuer à la sécurité d'approvisionnement cet hiver ainsi que dans les prochaines années",
écrit la ministre de l'Environnement et de l'Energie dans un courrier daté du 10 octobre.

Un tiers environ du parc nucléaire d'EDF – qui compte 58 réacteurs répartis dans 19 centrales – est déjà à l'arrêt, notamment pour des maintenances techniques planifiées.