Les réacteurs de la centrale de Fessenheim devront s'arrêter au plus tard en 2020 et 2022

La centrale de Fessenheim, dans le Haut-Rhin, le 13 octobre 2015.
La centrale de Fessenheim, dans le Haut-Rhin, le 13 octobre 2015. (JEAN ISENMANN / ONLY FRANCE / AFP)

Les études et travaux nécessaires n'ont pas été engagés pour que les réacteurs puissent fonctionner au-delà de leur quatrième examen décennal.

Les deux réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) devront cesser de fonctionner respectivement en 2020 et 2022 au plus tard, a indiqué lundi 22 octobre l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). "EDF n'envisage plus le fonctionnement des réacteurs de la centrale au-delà de leurs quatrièmes réexamens périodiques, prévus en septembre 2020 pour le réacteur 1 et en août 2022 pour le réacteur 2", précise-t-elle dans une note d'information.

La centrale fermera "d'ici 2022" promet le gouvernement

Ce calendrier a été fourni par l'électricien lui-même et le directeur général de l'ASN, Olivier Gupta, confirme dans un courrier qu'il "partage" cette analyse. Les études et travaux nécessaires n'ont pas été engagés pour que les réacteurs puissent fonctionner au-delà de leur quatrième examen décennal, nécessaire pour prolonger leur vie à cinquante ans.

Les présidents François Hollande puis Emmanuel Macron s'étaient engagés à fermer la doyenne des centrales françaises. Fessenheim devait normalement cesser de fonctionner lors du démarrage de l'EPR de Flamanville (Manche). Or, celui-ci a pris du retard : selon le nouveau calendrier fourni cet été, son démarrage est prévu fin 2019, pour une mise en service commerciale en 2020. Le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy a donc indiqué début octobre que le calendrier de Fessenheim pourrait désormais être indépendant de celui de l'EPR, tout en confirmant que la centrale "fermera[it] d'ici 2022". 

Vous êtes à nouveau en ligne