Les partenaires du PS mettent en sourdine leur préférence avant le second tour

Cécile Duflot a fait valoir que les négociations avec le PS faisaient l\'objet d\'un \"travail de bonne qualité\".
Cécile Duflot a fait valoir que les négociations avec le PS faisaient l'objet d'un "travail de bonne qualité". (Built-in,TTL / citizenside.com)

Au lendemain du premier tour de la primaire, la secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, Cécile Duflot, a lancé un message aux deux prétendants à l'investiture socialiste, sans à ce stade, se prononcer en faveur de l'un des deux.

Au lendemain du premier tour de la primaire, la secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, Cécile Duflot, a lancé un message aux deux prétendants à l'investiture socialiste, sans à ce stade, se prononcer en faveur de l'un des deux.

"La logique de la VIe République sera de remettre, et j'ai cru comprendre que cela allait devenir un sujet important dans la semaine qui vient, de remettre à sa place l'élection législative et présidentielle", a déclaré lundi la patronne des écologistes lors des journées parlementaires EELV à Rambouillet (Yvelines).

"Ce sera une demande très ferme de notre part de réinverser le calendrier" avec la représentation proportionnelle. "Ce débat institutionnel est un débat central", a-t-elle insisté dans son discours.

Interrogée sur les négociations avec le PS, Mme Duflot a expliqué qu'elles faisaient l'objet d'un "travail de bonne qualité", mais s'est bien gardée, à ce stade, d'en dire davantage. Histoire de ne pas hypothéquer l'avenir. "Nous travaillerons avec le candidat quel qu'il soit", s'est-elle contentée de dire.

Depuis le début de la primaire, les écologistes ont affiché formellement leur neutralité, tout en saluant cependant, la position de Mme Aubry sur la sortie du nucléaire, condition pour un accord avec le PS que les deux partenaires sont censés boucler courant novembre.

Outre les "bons rapports" qu'entretiennent par ailleurs Mmes Duflot et Aubry, parmi les militants écolos qui ont voté dimanche, la préférence pencherait nettement vers la maire de Lille choisie "très majoritairement", pour sa "position claire sur les questions écologiques, en particulier la sortie du nucléaire", explique Jean-Vincent Placé, le conseiller politique de Mme Duflot.

A EELV, on a aussi voté "significativement pour Arnaud Montebourg" et sa "démondialisation" et "son refus de l'ordre établi" entre VIe République et rénovation politique, souligne aussi le tout nouveau sénateur de l'Essonne.

Sur ces autres critères, difficile de pronostiquer comment s'opèrera le report des voix dimanche 16 octobre.