La Suisse dépose une plainte pour fermer la centrale nucléaire de Bugey, dans l'Ain

La centrale nucléaire du Bugey, dans l\'Ain.
La centrale nucléaire du Bugey, dans l'Ain. (PASCAL GEORGE / AFP)

La centrale, construite dans les années 70, est située à moins de 80 kilomètres de la frontière suisse.

La sécurité du parc nucléaire français inquiète la Suisse. Pour la deuxième fois en moins de trois ans, le canton de Genève a déposé une plainte pour demander la fermeture de la centrale du Bugey, dans l'Ain. Construite dans les années 70, elle est située à moins de 80 kilomètres de la frontière suisse.

Les autorités helvètes, qui ont déjà décidé de se débarrasser de l'atome, craignent des incidents à répétition, dans la deuxième plus vieille centrale française. Depuis les années 2000, 90 incidents y ont été signalés. C'est beaucoup trop pour le président de l’exécutif genevois Antonio Hodgers : "La centrale du Bugey est aux portes de Genève. En cas d'incident majeur, le canton de Genève serait fortement impacté par les radiations radioactives. Donc c'est pour protéger notre population que le gouvernement de Genève agit au niveau judiciaire, sur le plan français."

Les quatre réacteurs à l'arrêt d'ici 2035 ?

En novembre 2018, Emmanuel Macron s'est engagé à fermer 14 réacteurs français d'ici 2035. Les quatre de la centrale du Bugey pourraient en faire partie. Pour Genève, il est dans tous les cas impensable de prolonger encore leur durée de vie. "Si vous prenez une voiture des années 70 et que vous l'avez rafistolée, vous comprenez qu'elle n'a pas du tout le même type de normes de sécurité qu'une voiture qui est issue des années 2010. De remettre chaque fois des petits ajustements induit des enjeux de sécurité", explique Antonio Hodgers.

Dans sa démarche judiciaire, le canton de Genève est représenté par l'avocate française Corinne Lepage.

Vous êtes à nouveau en ligne