L'accord PS-EELV a été voté au Conseil fédéral d'Europe-Ecologie

Cécile Duflot prononce un discours lors du 1er Congrès fédéral d\'EELV, à La Rochelle, le 4 juin 2011.
Cécile Duflot prononce un discours lors du 1er Congrès fédéral d'EELV, à La Rochelle, le 4 juin 2011. (AFP - Jean-Pierre Muller)

L'accord entre le Parti socialiste (PS) et Europe Ecologie-Les Verts (EELV) pour les législatives, a été validé samedi par 74% des suffrages, lors du conseil fédéral du parti, à Paris.

L'accord entre le Parti socialiste (PS) et Europe Ecologie-Les Verts (EELV) pour les législatives, a été validé samedi par 74% des suffrages, lors du conseil fédéral du parti, à Paris.

C'est la fin du psychodrame. L'accord entre socialistes et les verts sur les législatives a été entériné par 74% des membres des instances internes du parti de Cécile Duflot.

"La campagne présidentielle peut reprendre ses droits", a déclaré Denis Baupin, l'un des négociateurs d'EELV.

Pourtant, les péripéties sur le passage retiré puis réintégré concernant le MOX (un combustible nucléaire indispensable au fonctionnement de l'EPR, ndlr), l'annonce de la candidature de Cécile Duflot à Paris aux prochaines législatives, sans oublier le retrait provisoire (?) de la candidate à la présidentielle, Eva Joly, ovaient jeté le trouble cette semaine, voire créer un léger "malaise" dans les rangs écologistes.

Mais la perspective d'obtenir un groupe politique, soit plus de 15 députés, à l'Assemblée l'a sans doute emporté sur toutes autres considérations.

Sérénité affichée sur le vote

La journée s'est déroulée à huis-clos, loin des caméras pour retrouver une sérénité. A EELV, avant le vote on se disait "très serein et tranquille sur cet accord exigeant, solide et ambitieux", selon Jean-Vincent Placé, qui en vante les principaux points : la réforme fiscale, la politique d'immigration ou la retraite à 60 ans à taux plein pour ceux qui ont commencé tôt ou ont eu des métiers pénibles.

Ce sont les minoritaires du parti écologiste, dont la motion avait obtenue autour de 20% des voix au congrès du mois de juin qui ont voté contre, en raison d'une défiance vis à vis du PS.

Pour Denis Baupin, interrogé par FTV2012, au contraire, "les écologistes ont fait la preuve de leur maturité politique. On signe un accord même si toutes nos propositions n'ont pas été reprises. On a montré qu'on savait passer des compromis et aussi qu'on savait s'y tenir après"

Pour se prémunir contre d'éventuels votes "d'humeur", tous les responsables EELV, de Cécile Duflot à Daniel Cohn-Bendit avaient appelé à valider le texte

Vous êtes à nouveau en ligne