EPR : une décision cruciale de l'ASN attendue

France 2

Le projet du réacteur nucléaire EPR est à la peine depuis son lancement il y a 13 ans. L'autorité de sûreté nucléaire rend son rapport cette semaine sur son avenir.

Une présence trop importante de carbone dans l'acier de la cuve de la centrale nucléaire de Flamanville retarde depuis treize ans sa mise en service. Les experts de l'autorité de sûreté nucléaire (ASN) doutent de la solidité de cette pièce essentielle du réacteur, le générateur de vapeur dont le fond pourrait être plus fragile que prévu. Il fait office de bouclier contre la radioactivité.

Mis en service fin 2018 au mieux

La solution serait qu'EDF en charge des travaux change très rapidement le couvercle de la cuve. Problème : son dôme est déjà recouvert par plusieurs milliers de tonnes de béton. Le coût du chantier passe de 3,3 milliards d'euros à plus de 10 milliards. Réunis lundi 26 et mardi 27 juin, les experts de l'ASN doivent donner leur avis sur l'utilisation de la cuve, mais avec une surveillance durant toute sa durée de vie. Si EDF obtient l'accord de l'ASN cette semaine, la mise en fonction du réacteur EPR sera prévue pour la fin 2018.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne