En déplacement en Corée du Sud, François Hollande appelle la France et l'Europe à être "plus présentes" sur la scène internationale

Francois Hollande à Séoul, le 17 octobre 2017.
Francois Hollande à Séoul, le 17 octobre 2017. (HANDOUT / MAEIL BUSINESS NEWSPAPER)

A l'occasion du "World Knowledge Forum", qui se déroule à Séoul, François Hollande a donné sa première conférence depuis la fin de son mandat présidentiel. Il a notamment évoqué le contexte géopolitique tendu avec la Corée du Nord.

L’ancien chef de l’Etat, François Hollande, a donné, mardi 17 octobre, sa première conférence d’ancien président à Séoul, en Corée du Sud. Il a ouvert le "World Knowledge Forum", prestigieuse conférence réunissant des personnalités et des dirigeants du monde entier, par un discours.

Il a ensuite déjeuné avec le chef des forces armées américaines en Corée et doit se rendre dans l'après-midi sur la frontière ultra-militarisée entre les deux Corées. François Hollande conclut ainsi une visite de trois jours en Corée du Sud, dans un contexte géopolitique de plus en plus tendu

"La France et l'Europe doivent être présentes et actives dans la recherche d'une solution"

Depuis Séoul, l’ex-chef de l’Etat a défendu une "fiscalité juste et équilibrée", taclant indirectement son successeur Emmanuel Macron. Il a surtout parlé géopolitique et crise nucléaire : il a critiqué le président américain Donald Trump qui a "décertifié" l’accord nucléaire iranien et qui continue ses provocations verbales visant la Corée du Nord. 

"Je ne suis plus en situation de responsabilité. Je dis simplement, par expérience, que la France et l'Europe doivent être présentes et doivent être actives dans la recherche d'une solution et ne pas laisser l'escalade s'installer." a déclaré l'ancien président de la République. "C'est pourquoi j'ai dénoncé, bien sûr, les provocations de la Corée du Nord mais aussi les escalades verbales qui peuvent aussi conduire à accepter le risque même de la guerre."

François Hollande n’a pas voulu dévoiler le montant de sa rémunération pour cette conférence payée plusieurs dizaines de milliers d’euros, mais il a promis d’en reverser la majorité à sa nouvelle fondation.

François Hollande : "Je dis simplement, par expérience, que la France et l'Europe doivent être présentes"
--'--
--'--