Mont-Blanc : trop d'alpinistes au refuge du Goûter ?

(Le refuge du Goûter, à 3.835 mètres d'altitude © MAXPPP /Le Dauphiné Libéré)

Les responsables de ce refuge, qui héberge les alpinistes à plus de 3.000 mètres d'altitude, souhaitent alerter les autorités : de plus en plus de grimpeurs se présentent à la porte sans avoir réservé, ce qui pose des problèmes de sécurité.

 Le Mont-Blanc aura fait parler de lui cette été. Après une polémique sur un père de famille américain qui voulait faire l'ascension avec ses enfants de 9 et 11 ans pour battre un record, ce sont les responsables du refuge du Goûter qui espèrent attirer l'attention.

Ce refuge, qui accueille les alpinistes à 3.865 mètres, serait en effet victime d'une surfréquentation, en particulier d'alpinistes n'ayant pas réservé leur nuitée. Or à plus de 3.000 mètres d'altitude, difficile de les laisser dormir dehors. Ils sont alors invités à rester dans le sas d'entrée.

Et comme l'explique Thomas Duconseille, le gardien du refuge du Goûter, ce genre de situation peut mener à des conflits. Le 31 juillet, alors que le refuge d'une capacité de 120 places était déjà plein, un groupe de 30 alpinistes est arrivé et a insisté pour y passer la nuit. Le ton est rapidement monté. "On attend que les pouvoirs publics fassent quelque chose, souligne-t-il. Je n'ai pas envie de faire ce métier dans ces conditions".

Le gardien du refuge du Goûter se dit lassé de gérer ces conflits "au quotidien".
--'--
--'--

Un appel à la responsabilité

La Fédération des clubs alpins et de montagne (FF CAM), qui gère le refuge du Goûter, déplore l'augmentation du nombre d'alpinistes n'ayant pas réservé avant de se présenter au refuge. Dans un communiqué, elle rappelle qu' "est soumise aux mêmes règles d’accueil, de sécurité et d’évacuation en cas de sinistre, que n’importe quel gestionnaire d’établissement qui accueille du public, et qu’il ne lui est pas possible d’héberger plus de personnes que le nombre pour lequel le refuge a été conçu ". Elle souhaite alerter "les autorités, les professionnels et les alpinistes ", et demande l'ouverture d'une concertation

Raymond-Courtial, vice-président de la FF CAM, appelle les alpinistes au civisme : pas question d'envisager l'ascension sans avoir réservé.

Raymond Courtial, de la FF CAM, demande aux alpinistes d'être "responsables".
--'--
--'--

Chaque année, 20.000 personnes tentent l'ascension du Mont-Blanc.

Vous êtes à nouveau en ligne