Mon maire, ce bien-aimé

(Thomas Dubois, maire de Sillery, dans la Marne © Mathilde Lemaire / Radio France)

Alors que s'ouvre ce mardi à Paris le 99e congrès des maires de France, Mathilde Lemaire est allée à la rencontre d'un de ces édiles particulièrement appréciés de leurs administrés, dans une commune moyenne de 1 700 habitants. Portrait.

Ce mardi s’ouvre Porte de Versailles à Paris le 99e congrès des maires de France. Un thème en forme de slogan/jeu de mot cette année : "Ensemble faisons cause commune". Les maires sont les élus les plus connus et les plus appréciés des Français. La plupart sont maires de petits villages : la population moyenne des communes françaises étant de 1 700 habitants. Nous nous rendons dans une commune de cette taille, justement : à la rencontre du maire de Sillery, dans la Marne.

A LIRE AUSSI ►►► Les trois quarts des Français se disent très attachés à leur commune

 

Au milieu des vignes et champs de betteraves, Sillery, une église, deux écoles, une petite gare et 1704 Sillerotins et Sillerotines. Leur maire ? Bien sûr que ces habitants le connaissent ! Un élu de proximité, chacun sait où le trouver. Pas de cravate, style décontracté : moustache, petites lunettes et sac à dos. Accessoire indispensable pour Thomas Dubois, 53 ans, qui jongle entre son métier de travailleur social, directeur d'association et son mandat. Il est le premier en mairie le matin.

 

**► Ecoutez l'intégralité du reportage de Mathilde Lemaire **

Portrait de maire - Reportage de Mathilde Lemaire
--'--
--'--

Dans son bureau modeste, une photo aérienne du village, l'écharpe tricolore pendue au porte manteau et une table. Première réunion au sujet des routes,  bientôt cédées à la communauté urbaine de Reims, puis une discussion informelle avec la directrice de l'école. Thomas Dubois enchaine ensuite sur un rendez-vous avec le maire du village voisin, technicien de la Sanef : il faut sécuriser le pont qui relie les deux communes un. pont qui enjambe l'autoroute.

(Thomas Dubois lors d'une réunion de travail © Mathilde Lemaire)
 

Entreprendre des travaux, oui. Mais plomber les finances, non. Pour le maire, le budget est un défi quotidien. Ainsi, chercher de nouveaux financements, c'est par exemple construire et vendre des logements pour en tirer des recettes. On parle là en centaines de milliers d'euros. Thomas Dubois, lui, pour faire avancer ces dossiers, touche 967 euros nets d'indemnités par mois…

Bien s'entourer, savoir demander conseil

Entre deux réunions technique, ce qu’il aime le plus, c’est aller à pied à la rencontre de ses administrés dans les rue de Sillery. Il connait d’ailleurs quasiment tout le monde. Le maire est en permanence sollicité : ici à propos des grilles de l'église qui rouillent, là pour un carrefour dangereux. Il s’agit donc pour lui de bien s’entourer, savoir demander conseil dans les situations délicates.

Une seule liste, 100% des voix

Quelques minutes plus tard, Thomas Dubois est en pleine nature  au bord de la rivière, au milieu des ânes, dans l'écurie pédagogique de la commune. Bonne nouvelle ce matin : il signe un contrat d'insertion pour Camille, 25 ans, qui va s'occuper des animaux. Monsieur le maire reprend ensuite son sac  dos et file pour un autre rendez-vous. Quand on lui demande si au cours de ses journées chargées, il pense à sa réélection, il répond : "Pas vraiment ! " Comme dans beaucoup de petites communes de France, il n'y avait à Sillery qu'une liste candidate en 2014 : Thomas Dubois avait recueilli 100 % des voix.

#onfaitquoidemain : France Info donne la parole aux maires de France

A un an de l’élection présidentielle 2017, France Info donne la parole aux maires de France avec l'opération #Onfaitquoidemain. Et leur propose de faire remonter une proposition ou action locale à portée nationale au futur président de la République.