Moissac : des héros ordinaires tirés de l'oubli

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Comme chaque année, le dernier dimanche d'avril est la journée nationale du Souvenir des victimes et héros de la déportation lors de la Seconde Guerre mondiale. Hommages et rassemblements sont prévus ce dimanche dans toute la France. A Moissac, dans le Tarn-et-Garonne, un colloque d'historien a été organisé ce samedi. Le thème : "Moissac, ville de Juste oubliée".

"Moi j'étais caché à Moissac chez un peintre en bâtiment,
tout le quartier savait que ces gens ne pouvaient pas avoir d'enfant. Quand
je suis arrivé en prenant leur nom, en appelant la femme du peintre "maman", ils n'ont
rien dit (...) ils nous ont sauvé, les gens n'ont rien demandé, c'est
exceptionnel
", témoigne Jean-Claude Simon qui avait dix ans à l'époque.

Dans cette bourgade de 12.000 habitants, certains souvenirs
de cette période sont vivaces, et quartiers et artères de la ville en sont
encore empreints. "Il y a des soirs où on devait coucher en ville parce
qu'il y avait des prévisions de rafle
", se souvient Max en marchant dans
la ville.

"Hier, j'ai été faire un tour en ville, j'ai repéré
une maison et je me suis dit :
"Tiens, là ça devait être les
Bains-douches", parce que je me rappelle avoir dormi chez des gens qui tenaient
les douches.
"

"J'ai découvert que c'était un grand résistant "

"Je suis une des chanceuses qui suis là pour raconter
l'Histoire
", souffle Edith qui a 84 ans et qui vit désormais
au Canada. C'est l'objectif de ce colloque d'historien organisé samedi à
Moissac : déterrer les souvenir et rafraîchir les mémoire. Car le temps jaunit les photos et ces histoires, Moissac les avait
quelque peu oubliées.

"J'ai fait toute ma scolarité du CP à la Terminale à
Moissac et je n'ai jamais entendu parler de ça. Et là, je m'aperçois qu'un monsieur, à
qui je dis bonjour depuis que je suis toute petite, était
un grand résistant
", glisse Isabelle qui a 46 ans. A Moissac, 500 enfants
juifs ont été cachés et sauvés durant la Seconde Guerre Mondiale.

Devenir Juste parmi les nations

Des actes de bravoure qui n'ont pas été oubliés qu'à l'échelle
locale selon Jean-Claude Simon. "A Le Chambon-sur-Lignon, il y a 184 "Justes". On en a quatre ici, ce n'est pas beaucoup.... "

Avec ce colloque, Moissac
espère devenir ville de Juste parmi les nations comme ce village de Haute-Loire. Une
distinction, remise au nom de l'Etat d'Israël par le Mémorial de Yad Vashelm,
qui décore ceux qui se sont mis en danger pour sauver des juifs. "C'est toute la ville qui mérite cette reconnaissance ", conclut l'édile Jean-Paul Nunzi.

Vous êtes à nouveau en ligne