Propos de Marlène Schiappa sur la Manif pour tous : "Il est grand temps que le Premier ministre nous reçoive et se désolidarise de tels propos"

Ludovine de La Rochère, la présidente de la Manif pour tous, à Étiolles, le 18 septembre 2016.
Ludovine de La Rochère, la présidente de la Manif pour tous, à Étiolles, le 18 septembre 2016. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Ludovine de la Rochère a vivement réagi aux propos de Marlène Schiappa, qui voit une "convergence idéologique" entre Manif pour tous et "terroristes islamistes".

"Il est grand temps que le Premier ministre nous reçoive et se désolidarise de tels propos", a réagi jeudi 21 février sur franceinfo Ludovine de la Rochère, la présidente de la Manif pour tous. Elle a annoncé qu'elle allait porter plainte vendredi "pour diffamation publique" devant la Cour de justice de la République, après les propos de Marlène Schiappa, la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes, qui a évoqué dans l'hebdomadaire Valeurs actuelles "l'existence d'une convergence idéologique" entre la Manif pour tous et "les terroristes islamistes".

Ce sont des propos gravissimes, insultants pour des millions de Français, pour un très grand nombre de personnes qui défendent la famille très pacifiquement.Ludovine de la Rochèreà franceinfo

"Nous espérons un geste du gouvernement. Tous les Français ont droit au respect de l'ensemble des ministres de la République, comme du président de la République". Ludovine de la Rochère met en cause "la compétence, le sens des responsabilités" de Marlène Schiappa. "C'est au-delà du dérapage", ajoute-t-elle. La secrétaire d'État "est dans la confusion, dans l'amalgame". "Repensons à ce qu'est le terrorisme islamique", souligne la présidente du collectif. Elle évoque les attentats du Bataclan, de Charlie Hebdo, de Nice ou de Saint-Etienne-du-Rouvray avec "plus de 250 morts".

Ludovine de la Rochère met en cause également la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, qui a "rajouté des propos à ceux de Marlène Schiappa. Elle a osé parler de ramifications, de prétendues convergences sur les réseaux sociaux. On est dans l'invention".

Vous êtes à nouveau en ligne