La PMA absente de l'avant-projet de loi sur la famille ?

Un technicienne du service de biologie de la reproduction de l\'Hôpital de la Conception, à Marseille, au cours d\'un programme de procréation médicale assistée.
Un technicienne du service de biologie de la reproduction de l'Hôpital de la Conception, à Marseille, au cours d'un programme de procréation médicale assistée. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Selon "Le Figaro", la procréation assistée pour les couples de femmes ne figure pas dans le document de travail du gouvernement.

C'est encore la PMA qui fâche. Lundi 4 février, Jean-Marc Ayrault avait affirmé que la procréation médicalement assistée pour les femmes serait bien inscrite dans le projet de loi sur la famille, qui devrait être présenté en Conseil des ministres à la fin 2013. Pourtant, selon une information du Figaro, la PMA ne figure pas dans l'avant-projet de loi. De quoi perturber encore un peu plus les débats dans l'hémicycle. 

Ce que dit "Le Figaro"

Le quotidien s'est procuré un document de cinq pages consacré "aux diverses dispositions relatives au droit de la famille". Il prévoit d'importantes dispositions comme la création du statut du beau-parent. Mais il n'est en revanche pas fait mention d'autoriser la procréation médicalement assistée aux couples de femmes. Pas un mot, alors que le gouvernement évoque l'insertion de la PMA dans ce texte depuis plusieurs semaines.

L'UMP demande une suspension des débats

Au vu de cette information, des députés UMP, qui continuent de débattre sur le projet de loi du mariage pour tous, ont demandé, mardi soir, de "stopper les débats". "Après la PMA (procréation médicalement assistée), la GPA (gestation pour autrui), la sortie précipitée d'un texte sur la famille !" a tonné le président des députés UMP, Christian Jacob. Et son homologue socialiste Bruno Le Roux de lui rétorquer de "faire la loi à partir du texte" examiné et pas à partir "du journal de monsieur Dassault [Le Figaro]".

"Si on comprend bien, la PMA a été éjectée de votre projet ? Est-ce que vous confirmez, madame la ministre ?" a renchéri Hervé Mariton (UMP) à l'adresse de la ministre déléguée à la Famille, Dominique Bertinotti. 

La réponse du gouvernement

Dans l'hémicycle, Dominique Bertinotti a contre-attaqué : "Ce ne peut être qu'un document de travail obsolète à l'heure qu'il est", a-t-elle expliqué. Son ministère va dans le même sens, qui minimise aussi la portée du document, faisant remarquer qu'il a été "rédigé avant le début de l'examen du texte sur le mariage et l'adoption par les couples homosexuels". "Ce ne sont là que des documents de travail", confirme un de ses conseillers. Interrogé par Le Figaro, l'entourage du Premier ministre ne souhaite faire "aucun commentaire".  

Vous êtes à nouveau en ligne