Copé soutient la manifestation contre le mariage des homos, mais n'ira pas

Jean-François Copé, candidat à la présidence de l\'UM pendant un meeting avec les militants du parti, le 8 novembre 2012 à Paris.
Jean-François Copé, candidat à la présidence de l'UM pendant un meeting avec les militants du parti, le 8 novembre 2012 à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

Le candidat à la présidence de l'UMP a annoncé, dimanche, qu'il ne pourrait pas participer à manifestation du 17 novembre, en raison de son emploi du temps.

MARIAGE ET HOMOPARENTALITE – Le mariage des homosexuels, Jean-François Copé est contre et n'a jamais modéré ses critiques. Pour autant, le candidat à la présidence de l'UMP a dû faire preuve d'habileté, dimanche 11 novembre sur Europe 1, pour expliquer qu'il soutenait la manifestation contre le "mariage pour tous", mais ne descendrait pas dans la rue samedi 17 novembre. 

"Je ne verrai aucun inconvénient à ce que celles et ceux qui partagent mes idées et qui veulent participer à ces défilés y soient", a-t-il déclaré lors du Grand Rendez-vous d'Europe 1 / Aujourd'hui en France / i-Télé. Avant d'ajouter qu'il ne pourra être du défilé pour des "raisons pratiques".

Indignation et inquiétude

Une attitude qui n'a pas manqué de faire sourire certains militants de gauche sur les réseaux sociaux. D'autant que le 28 octobre, Jean-François Copé avait déjà annoncé qu'il pourrait appeler les Français à se mobiliser : "Si vraiment François Hollande persiste dans l'idée de soumettre à nos assemblées des projets de loi qui viendraient à porter atteinte à l'intérêt supérieur de notre pays (...), je proposerai, comme nous l'avions fait en 1984 pour sauver l'école libre, que les Françaises et les Français qui s'indignent et qui s'inquiètent pour l'avenir de notre pays et des enfants de France se mobilisent dans la rue", avait-il déclaré sur RTL.

Mais cet appel franc attendra : le timing de la manifestation contre le mariage des homos n'est en effet pas favorable au candidat à la présidence de l'UMP. Il doit gérer un calendrier serré. La manifestation organisée par un collectif d'associations tombe en effet la veille du vote pour la présidence de l'UMP. Jean-François Copé assure prévoir "quatre meetings dans la journée".

Ne pas brouiller son image

Par ailleurs, cette manifestation risque d'attirer différentes sensibilités. Alors que Jean-François Copé assure avoir "toujours été extrêmement engagé contre toute forme d'homophobie", il ne serait pas à l'abri d'être pris à parti par des militants plus extrémistes. Finir sa campagne sur cette note pourrait s'avérer dangereux et brouiller son image.

"Je dis très clairement que j'appellerai sur ce sujet, si je suis élu président de l'UMP, à une mobilisation parce que j'ai demandé à François Hollande des états généraux de la Famille, que je ne les vois pas arriver, que cela est donc décidé sans aucune concertation et que le moment venu, j'appellerai à manifester", a-t-il encore souligné sur Europe 1. Son engagement personnel devrait donc attendre la fin de l'élection interne à l'UMP.

Vous êtes à nouveau en ligne