Une prime de 300 euros pour calmer la colère des policiers ?

FRANCE 2

Le gouvernement tente de répondre à la colère des policiers qui menacent de fermer les commissariats mercredi 19 décembre.

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, recevait mardi 18 décembre les représentants des trois principaux syndicats de policiers. Le but : désamorcer de toute urgence la colère des forces de l'ordre. Une prime exceptionnelle de 300 euros leur a déjà été promise. Elle concernera 111 000 fonctionnaires qui ont été mobilisés pour encadrer les manifestations des "gilets jaunes"et nécessitera une enveloppe de 33 millions d'euros. Mais avant même d'être reçus, les policiers jugeaient cela insuffisant.

23 millions d'heures supplémentaires

Les policiers se disent épuisés par leur travail de ces derniers mois. D'autant que l'État leur doit 23 millions d'heures supplémentaires qui sont, à ce jour, non payés. Un lourd passif auquel le ministre a promis de s'attaquer. Le malaise policier pourrait devenir le casse-tête de l'État ces prochains jours. Trois syndicats ont appelé au service minimum pour obtenir des avancées sociales.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne