Lundi de Pentecôte : seuls trois Français sur dix travailleront

Ce lundi de Pentecôte, seuls trois Français sur dix devraient travailler.
Ce lundi de Pentecôte, seuls trois Français sur dix devraient travailler. (VALERY HACHE / AFP)

Selon une étude de Randstadt, 30% des salariés iront travailler pour cette journée de solidarité instaurée après la canicule de 2003.

Travaillerez-vous ce lundi ? Douze ans après l'instauration de cette journée de solidarité pour les personnes âgées après la canicule de 2003, le lundi de Pentecôte reste un jour férié pour la majorité des Français. Selon une étude du cabinet d'intérim Randstad, publiée vendredi 13 mai, seuls 30% des salariés prévoient de travailler ce lundi 16 mai.

Cette étude se base sur les prévisions des agences d'intérim du groupe, moins sollicités par leurs clients. "La grande majorité des entreprises utilisatrices ont signifié aux agences Randstad que leurs propres salariés ne travailleront pas lundi prochain", indique l'entreprise sur son site. Ce chiffre de 30% est comparable aux autres années.

Le principe de la "journée de solidarité" est simple. Chaque salarié offre une journée de travail, pour laquelle il ne perçoit pas de rémunération. Depuis 2008, les entreprises peuvent choisir la date de cette journée - généralement le lundi de Pentecôte - ou opter pour un allongement de quelques minutes du temps de travail au quotidien. Selon la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), cette journée de solidarité devrait rapporter 2,29 milliards d'euros en 2016 contre 2,24 milliards d'euros en 2015.