Loterie : "Il y a tellement peu de chance de gagner qu'on n'est jamais préparé à un choc pareil"

Grille de loto le 23 février 2017. Image d\'illustration. 
Grille de loto le 23 février 2017. Image d'illustration.  (THOMAS SAMSON / AFP)

Alors qu'une américaine a remporté le deuxième plus gros gain de l'histoire des États-Unis à la loterie, la psycho-sociologue Ana Bauer a rappelé sur franceinfo vendredi les règles en vigueur en France, pour les grands gagnants. 

Une américaine a remporté 758 millions de dollars à la loterie. La cagnotte gagnée par Mavis Wanczyk, 53 ans, est la deuxième plus importante de l'histoire des États-Unis. En France, l'anonymat est privilégié pour les chanceux qui gagnent des gains importants, a rappelé sur franceinfo vendredi 25 août, Ana Bauer, psycho-sociologue, auteure d'une étude sur les heureux élus de l'Euro Million pour la Française des Jeux en 2012.

L'anonymat "est une règle de prudence importante, a précisé la socilogue Ana Bauer, car c'est un bouleversement majeur et les personnes qui gagnent ne sont pas dans leur état normal pendant un bon bout de temps. C'est important de les protéger et d'en prendre soin." 

franceinfo : Aux États-Unis, l'Américaine de 53 ans a tenu une conférence de presse et annoncé qu'elle quittait son travail. En France, privilégie-t-on l'anonymat ?

Ana Bauer : Très largement, c'est même une règle de la part de la Française des Jeux que de protéger les gagnants par rapport aux médias et par rapport à toutes les secousses émotionnelles que représente la médiatisation d'un gain aussi important que celui-là. C'est très culturel, aussi. Dans le contexte français, c'est une règle de prudence importante car c'est un bouleversement majeur. Les personnes qui gagnent ne sont pas dans leur état normal pendant un bon bout de temps. C'est important de les protéger et d'en prendre soin. Ce choc peut durer au minimum six mois, un an, voire deux ans... C'est une toute autre perspective, quelque chose de complétement vertigineux. Certaines personnes ont du mal à se représenter ce montant-là. Elles n'ont jamais vécu dans des cercles où ces montants sont pratiqués, y compris professionnellement.

Peut-il être mal vécu de gagner autant d'argent ?

Oui, car c'est très déstabilisant. Soudain, vous perdez tous vos points de repères. Vous ne savez plus qui vous êtes. Vos projets de vie, qui sont souvent modestes, sont par terre. Il faut reconstruire vos liens sociaux. Vous ne savez plus si vos amis sont vos amis parce qu'ils sont vos amis, ou sont vos amis parce que vous avez gagné. Il y a aussi des jalousies ou des paranoïas de jalousie... Ça change les relations. Ça change notamment les relations au travail : est-ce que je continue à travailler ou pas ? Et toutes ces questions se posent du jour au lendemain, sans que vous soyez préparé. Il y a tellement peu de chance de gagner qu'on n'est jamais préparé à un choc pareil.

La Française des Jeux accompagne-t-elle les gagnants ?

Oui, c'est systématique. Il y a un programme d'accompagnement avec un volet psychologique, un volet de conseils financiers – même si la Française des Jeux doit rester neutre – mais il faut leur donner quelques règles de prudence. Il faut essayer de garder la tête sur les épaules, mais ce n'est pas évident. Il ne faut pas oublier ce qu'on a déjà construit et s'accrocher à ça pour ne pas perdre ses points de repères. Les gens sont heureux et le gain leur ouvre des perspectives, mais il faut savoir construire son avenir en fonction de notre personnalité, notre culture de l'argent... Tout ça fait qu'on ne va pas aborder le gain de la même manière. Je n'ai rencontré que des gagnants heureux, mais il y a des étapes difficiles à traverser.

"Certaines personnes ont du mal à se représenter ce montant-là." Ana Bauer, psycho-sociologue, à franceinfo.
--'--
--'--