VIDEO. Leurs trois enfants sont nés de GPA

FRANCE 2

Cette famille franco-américaine attendait avec impatience la décision de la Cour de cassation française. Celle-ci a donné son feu vert à la transcription à l'état civil français des actes de naissance d'enfants nés de GPA à l'étranger.

Pour Eric Landot et Sarah Levine, un couple habitant à Paris, l'arrêt prise par la Cour de cassation vendredi 3 juillet pourrait changer beaucoup de choses. L'inscription à l'état civil français des enfants nés de gestation pour autrui à l'étranger est maintenant autorisé, leurs trois enfants de prétendre à la nationalité française. Car ils sont tous les trois nés d'une mère porteuse aux Etats-Unis, une pratique interdite en France.

Hasard du calendrier, le dernier né, Kennan Charles, a vu le jour jeudi la veille de la décision de la Cour de cassation. Comme son grand frère Oscar et sa grande sœur Viviane, le petit dernier pourra demander la nationalité française, leur père Eric étant français.

La famille défend cette pratique qu'elle considère comme très encadrée dans l'Etat du Colorado, où résident les mères porteuses qu'ils ont sollicitées. Ici, il faut avoir un niveau de revenu suffisamment élevé pour effectuer une GPA. "Les personnes qui nous ont aidés à avoir nos enfants ne s'estiment être ni des victimes, ni des personnes oppressées par une pression économique", explique Eric.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne