GPA : la circulaire qui sème le trouble

FRANCEINFO

L'Assemblée nationale s'attelle à la loi sur la bioéthique et le gouvernement fait savoir mardi 10 septembre qu'il pourrait reconnaître les enfants nés d'une GPA à l'étranger.

Il n'est pas question de reconnaître la gestation pour autrui en France. Emmanuel Macron est totalement opposé à la GPA et il s'en tiendra à sa promesse de campagne : "La PMA pour toutes les femmes, rien que la PMA". Mais dans une dizaine de jours, la Cour de cassation va statuer et sans doute entériner une décision très importante de la Cour européenne des Droits de l'homme qui invite les pays européens à reconnaître la filiation automatique des enfants nés à l'étranger d'une GPA.

Pas de GPA en France

La ministre de la Justice Nicole Belloubet a confirmé qu'il y aura bien une circulaire pour préciser le droit : "Cette circulaire n'aura en aucune manière vocation à modifier le droit actuel, mais à en rappeler les termes exacts. La GPA demeurera un interdit absolu". En plein examen de la révision de la loi sur la bioéthique, ça crée de la confusion et donne du grain à moudre aux opposants à la PMA, qui répètent que la PMA est un premier pas vers la GPA.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne