GPA : comment une agence américaine démarche des clients français

Une agence américaine spécialisée dans la gestation pour autrui a organisé à Paris une réunion à destination de potentiels clients français, le 26 septembre 2014.
Une agence américaine spécialisée dans la gestation pour autrui a organisé à Paris une réunion à destination de potentiels clients français, le 26 septembre 2014. (IMAGESBAZAAR / BRAND X / GETTY IMAGES)

Même si la gestation pour autrui est interdite en France, une agence américaine a organisé une réunion d'information sur cette pratique à Paris. Deux journalistes de France Télévisions y ont assisté en se faisant passer pour de potentiels parents.

"Notre priorité : la famille. Votre famille." Sur les prospectus, l'entreprise ne fait pas mystère de son activité : elle met en relation des mères porteuses et des couples souhaitant un enfant. Autorisée aux Etats-Unis et dans d'autres pays, la gestation pour autrui (GPA) est interdite dans l'Hexagone. L'agence américaine Circle Surrogacy a tout de même organisé, à la fin septembre, une réunion d'information à Paris destinée à de potentiels clients français. En se faisant passer pour un couple intéressé, France Télévisions a pu y assister de manière anonyme.

Après un bref échange par mail, rendez-vous est donné dans un palace parisien. En pleine semaine de la mode, l'établissement est envahi par les créateurs, qui ont transformé ces salles de réception en showrooms pour leurs clients. Impossible de rater ces marques, qui s'affichent ostensiblement dans le hall de l'hôtel. La présence de notre agence est, elle, plus discrète : il nous faut suivre un long couloir avant de finalement trouver le lieu de la réunion, un salon au premier étage de l'établissement.

Et pour cause : en France, d'après le Code pénal, le fait de mettre en relation, dans un but lucratif, "une personne ou un couple désireux d'accueillir un enfant et une femme acceptant de porter en elle cet enfant en vue de le leur remettre" est passible de deux ans de prison et de 30 000 euros d'amende. Et malgré sa discrétion, Circle Surrogacy n'a pas échappé à la vigilance des anti-GPA : l'association Juristes pour l'enfance, proche de la Manif pour tous, a annoncé, vendredi 3 octobre, avoir engagé des poursuites contre la société. Après une première plainte de ce type, une enquête a été confiée en mars à la brigade de répression de la délinquance sur la personne pour des faits d'entremise. 

Une "réunion d'information"

A l'arrière de la salle, brochures, rafraîchissements et en-cas accueillent le public, une quinzaine de personnes, pour la plupart des couples d'hommes. John, le directeur de l'agence, prend la parole, prêt à dérouler son argumentaire de vente. Enfin presque. La réunion du soir est "seulement pour information", insiste-t-il à deux reprises. "Nous voulons vous expliquer comment fonctionne la GPA aux Etats-Unis, assure cet avocat de formation. Nous n'essayons pas de vous demander de rejoindre notre programme."

Voici la lettre d'introduction contenue dans le dossier d'information à la disposition des clients potentiels :

Un extrait de la lettre distribuée à Paris, le 26 septembre 2014, par une agence américaine spécialisée dans la GPA à des clients français.
Un extrait de la lettre distribuée à Paris, le 26 septembre 2014, par une agence américaine spécialisée dans la GPA à des clients français. (FRANCETV INFO)
 

Jusqu'à 100 000 euros la grossesse

Une fois cet avertissement passé, John détaille les services proposés par sa société : mise en relation avec des gestatrices et des donneuses d'ovocytes, conseils juridiques, partenariats avec des cliniques... Il nous promet de trouver une mère porteuse d'ici un à trois mois, sauf si l'on souhaite des jumeaux. Dans ce cas, le délai s'allonge, de quatre à six mois. Le tout à des tarifs qui peuvent grimper jusqu'à 100 000 euros la grossesse : le prix de la sécurité, à en croire John. "On est peut-être un peu plus cher que les autres agences américaines, reconnaît-il. Mais c'est parce qu'on contrôle au maximum."

Au milieu de ces considérations matérielles, une voix finit par se faire entendre dans le public. "Il y a une chose dont on n'a pas encore parlé ce soir, et qui me semble importante, explique un futur père, qui a fait appel aux services de l'agence. C'est l'amour." Amour pour l'enfant à naître, mais aussi pour la mère porteuse, à qui l'homme exprime toute sa reconnaissance. En plus de son témoignage, ce soir-là, l'agence a également fait appel à un autre père français, chargé de revenir sur son parcours, après la naissance il y a quelques mois, de ses enfants via une GPA.

 

Sur son site, l\'agence américaine précise avoir participé à la naissance de 850 bébés en 18 années d\'existence.
Sur son site, l'agence américaine précise avoir participé à la naissance de 850 bébés en 18 années d'existence. (FRANCETV INFO)

Aucun souci pour signer le contrat à Paris

Reste la question de la légalité du procédé. "Peut-on signer le contrat à Paris ?", même si la GPA est illégale sur le territoire français, demande une femme dans l'assistance. Aucun souci, d'après John, qui reprend sa casquette d'avocat : tout peut se faire à distance, avec notamment des consultations via internet. "Même si vous signez le contrat à Paris, j'apposerai ma signature à Boston, et l'exécution du contrat sera finalisée aux Etats-Unis", nous répond-il pour nous rassurer.

La réunion se termine : certains ont déjà pris rendez-vous pour des consultations privées, John invite les autres à programmer, s'ils le souhaitent, des entretiens individuels. La petite entreprise de l'Américain ne connaît pas la crise, en partie grâce aux Français. Dans un sourire, il nous confie avoir 28 clients venus de l'Hexagone actuellement, contre 35 aux Etats-Unis. "Presque plus à Paris qu'à New York."

Vous êtes à nouveau en ligne